MENU
Comparateur d'énergie
Changez de fournisseur avec notre comparateur d'énergie
Comparer les offres
Partager sur

Isolation thermique : une étape nécessaire pour votre logement

Avant même de penser à réaliser des économies d’énergie dans votre habitation, il est essentiel de disposer d’une isolation thermique la plus irréprochable possible. En effet, un logement mal isolé est source de nombreuses déperditions énergétiques, et contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces dernières peuvent survenir d’un peu partout, même aux endroits que l’on ne soupçonnerait pas de prime abord.

On a tendance à affirmer que :

  • 30% de vos pertes énergétiques se réalisent via votre toiture et vos combles
  • 20 % se font via les murs, mais également via le renouvellement d’air (fenêtres ouvertes, système de ventilation) ou d’éventuelles fuites, comme les cheminées
  • 15% par les fenêtres closes
  • 10% par vos planchers
  • 5% par le phénomène de pont thermique, autrement dit le transfert de température entre l’extérieur et l’intérieur

L’ensemble de votre logement est donc concerné ! Pour sa bonne santé énergétique, et pour plus d’économies réalisées sur votre facture, il est judicieux d’optimiser votre isolation thermique.

Isolation thermique de votre toiture

On l’a vu, votre toit constitue la source de déperdition d’énergie la plus forte de votre maison. Il est donc primordial de se préoccuper en premier de l’isolation thermique de votre toiture. Il y a alors deux possibilités : l’isolation des combles par l’extérieur ou bien par l’intérieur.

L’isolation par l’intérieur

  • l’isolation des combles destinés à être aménagés ou aménagés doit s’effectuer par un dépôt de laine minérale  (verre ou roche) sur les sous-pentes.
  • l’isolation des combles perdus peut se réaliser via la mise en place de rouleaux ou de panneaux de laine minérale (verre ou roche) sur le plancher. La laine en flocons, que vous pouvez disposez sur l’ensemble de vos combles grâce à une machine de soufflage, est également une possibilité, plus pratique mais aussi moins onéreuse.

La laine minérale, notamment de roche, a l’avantage d’être non inflammable et résistante à l’humidité.

L’isolation par l’extérieur

La technique la plus connue pour effectuer une isolation thermique de votre toiture par l’extérieur reste la technique du sarking, qui consiste à installer un « second toit » sous le premier. Le fait de disposer l’isolation directement sous le toit aura comme effet de rehausser la toiture. De cette manière, aucun risque d’impacter l’espace des combles, notamment si l’on souhaite les aménager.

Une autre méthode, dite des caissons chevronnés, consiste à installer directement des planches d’isolant sur le toit. Une fois mises en place, il suffit de les fixer et d’étanchéifier les raccords. La couche isolante peut être constituée de laine de roche, de polyuréthane ou encore de polystyrène expansé.

Isolation thermique des murs

2ème cause de déperdition énergétique de votre logement, les murs doivent également être traités efficacement en termes d’isolation. Vous pouvez alors soit isoler vos murs par l’intérieur ou bien par l’extérieur.

L’isolation thermique de vos murs par l’intérieur

Une telle isolation sera plus rapide et plus économique qu’une isolation par l’extérieur. À privilégier donc pour les petits chantiers !

  • vous pouvez directement installer des plaques d’isolant sur vos plaques de plâtre, par collage par exemple, afin d’isoler efficacement vos parois.
  • l’isolation peut aussi se réaliser en introduisant directement dans les parois l’isolant en question, notamment par insufflation. Certaines parties inaccessibles pourront alors être atteintes de cette manière.

Isolation des murs par l’extérieur

La mise en place d’une telle isolation est plus chère et plus lourde en termes d’organisation qu’une isolation par l’intérieur. Les gros chantiers sont donc parfaitement concernés par ce type d’initiative.

  • isolation sur les façades extérieures, avec la mise en place d’un isolant et de matériaux de parement (pierre, bois, PVC…)
  • isolation intégrée, qui permet en revanche d’isoler grâce à un seul matériau (briques en terre cuite ou panneaux en béton cellulaire)

Isolation thermique des fenêtres

Quelques astuces permettent de bien isoler vos fenêtres :

  • étanchéifier les fenêtres grâce à des joints
  • privilégier le double-vitrage ou bien le survitrage (sans changement de fenêtre)
  • installer du film plastique sur les fenêtres, en prenant bien soin de prendre les mesures en amont

Isolation thermique du sol

En plus du plafond et des murs, le sol est également à surveiller en termes d’isolation thermique. Il y a alors 3 manières de procéder :

  • une isolation par le haut, avec l’isolant placé directement sur le plancher
  • une isolation thermique du sol par le bas, avec l’isolant fixé sur la partie inférieure du plancher
  • une isolation à l’intérieur-même de la structure du sol, avec l’isolant intégré entre la surface et le parachèvement inférieur

Le renouvellement de l’air

Afin d’optimiser un maximum son système de ventilation et minimiser l’impact des déperditions d’énergie, la VMC, ou Ventilation Mécanique Contrôlée, est toute indiquée. Alors que la VMC Simple Flux vous permet d’avoir une très bonne qualité de l’air, la VMC Double Flux vous permet d’effectuer des économies d’énergie grâce à son échangeur thermique (récupération de l’air intérieur pour une diffusion d’un air neuf et chaud).
isolation thermique mur

Et qu’en est-il de l’isolant thermique ?

Si votre maison devient un véritable sauna en été alors qu’elle semble bien isolée en hiver, ou qu’elle se transforme en glaçon l’hiver mais dispose d’une température intérieure rafraîchissante l’été, c’est que l’isolant utilisé n’est pas parfaitement adapté. Le rôle de l’isolant est en effet très différent selon la saison :

  • En hiver, il limite les déperditions de chaleur générée par le chauffage intérieur.
  • En été, il doit au contraire absorber un maximum de chaleur venue de l’extérieur afin de ne pas la dissiper à l’intérieur.

La qualité de l’isolation en été a longtemps été négligée. Cependant, la climatisation étant de plus en plus utilisée, conserver le froid généré devient essentiel. De plus, une isolation peu ou pas efficace entraînera inévitablement une surconsommation d’énergie.

Quelques exemples

20 centimètres de laine de verre offrent une isolation acceptable en hiver, mais il faut multiplier l’épaisseur par 5 (soit 1 mètre) pour obtenir une isolation correcte en été. Problème identique pour les panneaux d’isolant en polystyrène, qui sont efficaces en hiver avec une épaisseur de 16 cm, mais demandent 94 cm en été pour être efficaces.

Heureusement, certains matériaux isolants sont quasiment aussi efficaces en hiver qu’en été, comme la laine de bois ou la perlite expansée qui assurent une isolation de qualité en toutes saisons.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire notre guide dédié aux isolants thermiques.

Les travaux d’isolation thermique

Pour aider les particuliers à réaliser les travaux d’isolation thermique nécessaires, plusieurs dispositifs financiers sont disponibles.

Vous pouvez d’ailleurs retrouver l’ensemble de ces initiatives dans notre guide sur les aides énergétiques existant en France.

Le Crédit d’Impôt Transition Énergétique

Prolongé en 2019, le CITE permet de déduire de son impôt sur le revenu certaines dépenses engendrées par vos travaux de rénovation énergétique. Pour des travaux d’isolation classique (murs, combles, toiture…), ce crédit d’impôt peut s’élever jusqu’à 30% des dépenses.

Cette aide financière s’étend désormais pour 2019 à des travaux d’isolation thermique des fenêtres avec double vitrage (15% des dépenses), à l’installation de chauffages performants utilisant une source d’énergie renouvelable (30% des dépenses), la dépose d’une cuve à fioul (50% des dépenses)…

L’éco-prêt à taux zéro

Aide prolongée jusqu’en 2021, l’éco-PTZ est un emprunt sans taux d’intérêt pour vous aider à financer des travaux énergétiques, donc d’isolation thermique. Il est plafonné à un montant maximum de 30 000  euros, sur une durée de 10 ans en général, même si cette durée évolue en 2019 pour atteindre 15 ans. Il s’adresse aux bailleurs et aux propriétaires occupants, et concerne désormais les travaux d’isolation des planchers bas.

L’ANAH (Agence nationale pour l’habitat)

L’agence propose son programme « Habiter Mieux », avec ses deux offres Sérénité et Agilité. En fonction de vos ressources (ménages aux revenus modestes ou très modestes), vous pouvez bénéficier, notamment pour vos travaux d’isolation, d’une aide de 10 000 euros maximum ou bien de 7 000 euros maximum. Pour que l’aide soit accordée, les travaux doivent améliorer les performances énergétiques du logement d’au moins 25%.

Les conseils généraux et les communes peuvent proposer des aides planifiées sous différentes formes et visant des publics spécifiques. Pensez à bien vous renseigner ! Il faut également savoir que les travaux de rénovation énergétique sont soumis au taux de TVA réduit de 5,5%.

Comparer les offres d’énergie, c’est aussi réaliser des économies

En plus de gagner en confort et en sécurité chez vous, l’isolation thermique de votre habitat vous permet d’importantes économies. Mais le choix d’un fournisseur d’énergie et d’une offre adaptés à vos habitudes de consommation et à votre budget va de pair avec un logement à jour en termes d’isolation, pour encore plus d’économies.

Le conseil d'Hervé !
LesFurets.com et son comparateur d’énergie vous permet de visualiser l’ensemble des offres répondant à vos critères de recherche afin de trouver le contrat idéal en termes de prix du kWh, prix de l’abonnement, nature du tarif, qualité du service client…
Comparer les offres
Partager sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les offres