MENU

Bien comprendre la notion d’énergie verte

L’énergie verte, ou énergie propre, est une énergie qui, contrairement à d’autres sources fossiles utilisables en France comme le charbon et le pétrole, ne libère pas ou très peu de polluants néfastes pour l’environnement. Les sources principales d’énergie verte sont :

  • l’énergie solaire, produite grâce au soleil. On distingue l’énergie photovoltaïque, qui crée par exemple de l’électricité grâce au rayonnement solaire, et l’énergie thermique, qui produit de la chaleur.
  • l’énergie éolienne, créée à partir des vents, pour produire notamment de l’électricité.
  • l’énergie géothermique, provenant directement des sols. Cette énergie peut créer de l’électricité mais aussi de la chaleur.
  • l’énergie hydraulique, qui va utiliser le mouvement de l’eau pour créer de l’électricité.
  • la biomasse, produite par la combustion de produits vivants comme le bois ou les biocarburants (créés à partir de colza, de betterave…).

Comme vous vous en doutiez, toutes ces énergies sont également renouvelables.

Adhérer au principe de l’électricité verte

En plus de vous apporter une électricité produite par l’énergie nucléaire, les fournisseurs d’énergie peuvent également vous faire profiter d’une électricité verte. Autrement dit, une électricité qui sera créée à partir de sources d’énergies renouvelables telles que le solaire photovoltaïque, l’éolien ou encore l’eau via un système hydraulique.

De nombreux fournisseurs autres que EDF sont arrivés sur le marché de l’électricité il y a maintenant 11 ans et se posent comme une alternative aux offres du fournisseur historique, et notamment en ce qui concerne l’électricité verte. Surfant sur l’intérêt des français à s’impliquer de plus en plus dans les énergies vertes pour la protection de l’environnement, ces fournisseurs ont peu à peu développé des stratégies en conséquence. Et c’est là que des économies peuvent être réalisées.

Pour des tarifs d’abonnement HT équivalents ou identiques aux tarifs réglementés, quelques-uns de ces concurrents vont en revanche vous permettre d’économiser sur le prix du kWh HT. Ainsi, des fournisseurs comme Total Spring Electricité et Mint Energie réduisent respectivement dans leurs offres d’électricité verte de 10 et 15% le prix du kWh par rapport aux tarifs réglementés. Plum Energie et Direct Energie appliquent quant à eux une baisse de respectivement 4 et 2%.

Selon le fournisseur et l’offre souscrite, vous pouvez donc réaliser des économies non négligeables sur votre facture énergétique. Le choix d’une offre d’électricité verte vous permettra ainsi de payer moins cher sur l’année. Bien entendu, ces économies varieront selon le prix du kWh, qui dépend quant à lui de l’offre, de la puissance de votre compteur et du type d’abonnement (base, heures pleines/heures creuses…).

Ces tarifs inférieurs sont notamment dus à des frais de gestion plus réduits, ces fournisseurs alternatifs disposant de structures bien moins lourdes qu’EDF. La baisse progressive des coûts de développement des énergies renouvelables par rapport au nucléaire est également en cause, notamment pour l’énergie hydraulique et solaire.

L’installation d’un panneau photovoltaïque

L’électricité verte, ce sont les fournisseurs qui viennent à vous afin de vous proposer de participer au développement des énergies vertes. Mais vous pouvez également vous impliquer de votre propre chef. L’installation d’un panneau photovoltaïque est une manière de se sentir éco-responsable.

Le prix de l’installation d’un panneau dépendra avant tout de sa puissance. Pour un panneau de 3 kWc, comptez moins de 10 000 euros d’installation. Pour une puissance de 6 kWc, prévoyez un budget tournant entre 11 000 et 14 000 euros. Enfin, ayez à l’esprit une fourchette comprise entre 16 000 et 20 000 euros pour une puissance de 9 kWc.

Le choix de la puissance de votre panneau dépendra ensuite de votre surface. Un panneau nécessitant 1 kWc (kilowatt crête) de puissance aura une surface d’environ 10 mètres carré. En sachant qu’une installation de 1 kWc produit environ 1 000 kWh/an, à vous de décider de la puissance que vous désirez selon votre surface disponible et votre budget.

Quelques dépenses en plus à prendre en compte : l’onduleur se doit d’être remplacé tous les 10 ans pour un prix compris entre 1 000 et 2 000 euros, et un règlement du TURPE (Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Electricité) doit être effectué chaque année (34,68 € pour une vente totale et 20,88 € pour une vente partielle en 2018).

Pour le coup, l’installation d’un panneau reste chère (même si les prix ont beaucoup diminué ces dernières années) et il sera difficile d’être rentable avant une dizaine d’années. Cependant, il y a deux avantages à choisir le panneau photovoltaïque. Cette technologie permettra d’abord, grâce à l’autoconsommation, de réduire sa facture énergétique. Mais elle vous permettra aussi d’avoir accès à des revenus solaires pour une durée de 20 ans de la part d’EDF si vous décidez de vendre en partie ou en totalité l’électricité produite par vos propres panneaux.

Ces revenus solaires peuvent ainsi vous apporter une rentrée financière non négligeable après un tel investissement.

  • Si vous décidez de vendre la totalité de votre électricité
Type d’installation Puissance du panneau Tarif en c€/kWh (du 01/04 au 30/06 2018)
Intégration au bâti (avec prime IAB jusqu’au 30/09/18) ≤ 3 kWc

≤ 9 kWc

18,55 + 1,50 = 20,05 €

15,76 + 1,50 = 17,26 €

Intégration simplifiée au bâti (ISB) ≤ 3 kWc

≤ 9 kWc

18,55 €

15,76 €

  • Si vous décidez de vendre une partie de votre électricité
Type d’installation Puissance du panneau Primes et tarifs (c€/kWh) (du 01/04 au 30/06 2018)
Sur bâtiment et respectant les critères généraux d’implantation ≤ 3 kWc

≤ 9 kWc

prime de 390 €/kWc + vente à 10 c€/kWh

prime de 290 €/kWc + vente à 10 c€/kWh

Ainsi, pour un panneau intégré au bâti de 3 kWc et qui a produit 3 000 kWh dans l’année, vous décidez de vendre la totalité de votre électricité à EDF. Vous aurez donc un revenu de 601,5 €/an. Si vous décidez, en revanche, de vendre une partie de cette électricité parce que vous ne l’utilisez pas dans votre consommation personnelle, soit 1 500 kWh, vous aurez un revenu solaire de 1 320 €/an.

La prime par kWc est dégressive et n’est versée que 5 années au propriétaire du panneau.

L’installation d’une éolienne domestique

L’éolien est en plein essor en France, et de plus en plus d’éoliennes poussent sur le territoire. Serait-il temps également de disposer de sa propre éolienne domestique ?

Installer sa propre éolienne est déjà un peu plus compliqué que la pose de panneaux photovoltaïques. Déjà, il vous faut habiter dans une région soumise à des vents réguliers pour que la production d’électricité soit constante. De plus, une installation d’éolienne chez soi peut atteindre 40 000 euros ! En plus d’un prix conséquent, l’apport en électricité est généralement insuffisant pour subvenir aux besoins d’un habitat de 4 personnes en un an. Il est alors parfois nécessaire de coupler son éolienne avec la présence de panneaux solaires.

Une éolienne domestique peut donc arriver à être rentable au bout d’une quinzaine d’années. Bien entendu, excepté l’autoconsommation, il y a toujours la possibilité de revendre une partie ou la totalité de sa production à des fournisseurs. Mais dans ces cas-là, les tarifs de rachat actuels de l’électricité éolienne ne sont pas assez avantageux pour être intéressants. Il sont en effet égaux ou inférieurs aux prix auxquels vous achèteriez l’électricité à des fournisseurs. L’électricité photovoltaïque, pour le coup, se vend de manière beaucoup plus avantageuse, et pour un coût d’installation beaucoup moins élevé.

Actuellement, le développement de sa propre électricité via l’éolien n’est donc pas forcément recommandé, à condition que vous disposiez d’un terrain idéal et d’une production suffisamment constante pour être utile et réduire les montants de votre facture énergétique.

Simuler mes économies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Simuler mes économies