2e édition de l’indice des dépenses contraintes
Étude lesfurets réalisée en partenariat avec CSA Research
Assurance
auto
Prêt
immobilier
Mutuelle
santé
Électricité
& gaz
Assurance moto
Assurance emprunteur
Assurance habitation
Rachat de crédits
Crédits conso
Banque

Les Français et leurs dépenses contraintes
Résultats de mars 2021

Leader sur le marché de la comparaison d’assurances, mais aussi de produits financiers et de fournisseurs d’énergie, lesfurets est un observatoire privilégié du pouvoir d’achat des Français et de leurs dépenses contraintes.

Et quand on sait qu’aujourd’hui ces dépenses contraintes (ou frais fixes) représentent près de 30% du budget des Français (contre 12% en 1960*), nous nous sommes dit qu’il était temps pour eux d’optimiser ces dépenses et de reprendre le pouvoir sur leurs finances.

C’est pourquoi nous avons lancé l’indice national des dépenses contraintes en partenariat avec CSA Research, et en voici les résultats.

 

1055€/mois, c’est le budget moyen que les Français consacrent à leurs dépenses contraintes

 

Depuis notre dernière étude de novembre 2020, le nombre de dépenses contraintes des Français est resté stable. Les foyers français s’acquittent toujours, en moyenne, de 11 dépenses contraintes par mois. Leur poids dans le budget des Français reste stable aussi : 1055€/mois en mars 2021 contre 1061€ en novembre 2020.

Le loyer ou le crédit immobilier est le 1er poste de dépense contraintes des Français avec un montant total moyen de 662€/mois (vs 652€ en novembre 2020).

Le crédit automobile arrive en 2e position des dépenses contraintes des Français, soit 186€ en moyenne par mois (vs 185€ en novembre 2020).

Et le crédit à la consommation est le 3e poste de dépense avec un montant mensuel moyen de 153€. Lors de notre première étude en novembre 2020, ce montant était de 169€, une baisse due aux confinements et couvre-feu successifs qui auraient réduit les besoins de trésorerie des Français.

Des dépenses contraintes incontournables pour la quasi-totalité de la population française

Certaines dépenses contraintes sont communes à 90% des Français, elles relèvent :

  • De l’obligation légale : l’assurance habitation (93%)
  • De besoins vitaux : l'électricité (93%) et l’eau (90%)
  • Ou de la communication : téléphonie mobile (93%), Internet et télévision (90%)

Mais si de nombreuses dépenses contraintes sont communes à tous les Français, leurs montants sont très différents selon les revenus du foyer. Ainsi, si les foyers les plus modestes déboursent en moyenne 888€/mois pour leurs dépenses contraintes, les foyers à hauts revenus, eux, payent quasiment le double : 1481€/mois.

Cette importante différence s’explique en partie par le montant des loyers. Quand les catégories les plus aisées payent en moyenne 1159€/mois pour leur logement, les catégories les plus modestes payent 457€.

 

Logement, transports, santé et communication, les dépenses contraintes des Français passées au crible

 

Regardons chacun des postes de dépenses contraintes des Français dans le détail :

Le logement : le poste de dépenses le plus important pour les Français (657€/mois)

Les frais de logement comprennent le paiement d’un loyer ou le remboursement d’un crédit immobilier. Ce dernier constitue d’ailleurs la dépense contrainte la plus onéreuse pour les Français (662€/mois en moyenne). Il existe cependant des solutions pour faire baisser le prix de ses mensualités, comparer et changer d’assurance emprunteur en est une. Elle permet d’économiser de 10.000€ à 15.000€ sur toute la durée de vie de son crédit immobilier.

Viennent ensuite les frais d'électricité (89€/mois) et de chauffage (84€/mois) qui constituent également des dépenses significatives. Avec lesfurets, en comparant les offres des différents fournisseurs d’énergie, il est possible d’économiser jusqu’à 15% sur ses contrats de gaz et d’électricité.

Et enfin, l’assurance habitation, qui représente une dépense moyenne de 62€/mois, et les factures d’eau qui coûtent 48€/mois.

On note également que les frais de logement varient beaucoup en fonction de l'âge. Ce sont les 25-34 ans et les 35-49 ans qui payent le plus cher pour leur logement, respectivement 795€ et 841€ par mois. Tandis que les plus jeunes et les “65 ans et plus” déboursent respectivement 534€ et 468€ par mois.

Le transport (218€/mois), le 2e poste de dépenses le plus élevé après le logement

Ces frais de transport comprennent :

  • Le remboursement d’un crédit automobile (186€/mois), poste de dépense qui augmente mécaniquement le poids des frais de transport dans le budget des Français.
  • Le carburant (94€/mois).
  • L’assurance automobile (84€/mois) qui représente plus d’un tiers du budget transport des Français. Mais ce n’est pas une fatalité quand on sait qu’avec lesfurets on peut économiser jusqu’à 308€/an en moyenne, à garanties équivalentes, en comparant les offres d’assurance auto.
  • Et, pour tous ceux qui ne sont pas véhiculés, un forfait de transport en commun (50€/mois).

Si les frais de transport varient forcément en fonction de l’emplacement géographique, ils varient aussi, tous comme les frais de logement, en fonction de l'âge. On note ainsi que ce poste de dépense est plus important pour les “actifs” :

  • 161€/mois pour les 18-24 ans
  • 239€/mois pour les 25-34 ans
  • 241€/mois pour les 35-49 ans
  • 186€/mois pour les 65 ans et plus

Le budget santé des Français s’élève à 99€/mois

Les Français déboursent en moyenne 95€/mois pour leur assurance santé, ce qui représente la quasi-totalité de leur budget santé.

Et là encore, tous les âges ne sont pas logés à la même enseigne. Si les jeunes (18-24 ans) payent 47€/mois en moyenne pour leurs frais de santé, les seniors (65 ans et plus) doivent débourser 3 fois plus, soit 134€/mois.

La crise sanitaire, mais aussi de nouvelles réformes comme le 100% santé et la résiliation infra-annuelle, ont été propices à un regain de croissance de l’assurance santé. En effet, ces nouveautés en faveur du pouvoir d’achat n’ont pas échappé aux Français et ils ont été plus nombreux au cours de l’année 2020 (+6%) à demander un devis de mutuelle sur lesfurets.

Les Français payent en moyenne 80€/mois pour leurs frais de communication

On inclut dans ces frais les factures de téléphonie mobile (30€/mois) et fixe (34€/mois) et l’abonnement internet et télévision (44€/mois). Mais contrairement aux autres postes de dépenses, les frais de communication restent relativement stables quel que soit l'âge des personnes interrogées.

25% des Français remboursent un crédit à la consommation (153€/mois)

En moyenne, les frais financiers des Français s’élèvent à 73€/mois et comprennent principalement les frais bancaires. Mais il convient aussi de noter que le remboursement d’un crédit à la consommation fait automatiquement monter la note pour ce poste de dépense.

En effet, pour la part de Français interrogés (25%) qui ont recours à un crédit à la consommation, les mensualités de remboursement s’élèvent à 153€ en moyenne.

 

Le budget dépenses contraintes des Français selon leur profil

 

Si notre 1ère édition de l’indice des dépenses contraintes nous avait permis de dégager de grandes tendances en fonction de l’âge et des revenus des personnes interrogées. Cette 2e édition nous a permis d’affiner les résultats par région et par profil, et de montrer ainsi que les vraies disparités se cachent derrière les différents profils des foyers français. On vous explique :

Un budget dépenses contraintes moins élevé pour les jeunes, les seniors et les inactifs

Les 18-24 ans sont la génération qui paye le moins de dépenses contraintes (769€/mois), tout simplement parce qu’ils ne sont pas encore totalement autonomes et indépendants et que, bien souvent, ils reçoivent de l’aide de leurs parents. Leur principal poste de dépense est le logement pour un montant mensuel moyen de 457€.

Viennent ensuite les séniors. En effet, le budget dépenses contraintes des retraités (65 ans et plus) est plus faible que celui des Français dans leur ensemble :

  • 854€/mois en moyenne pour les femmes seniors
  • 873€/mois en moyenne pour l’ensemble des retraités

Cette différence entre les tranches d’âge s’explique par le fait que les seniors ont des frais de logement, de transport et financiers moins importants. Ils ont, par exemple, pour la plupart, terminé de rembourser leur crédit immobilier. En revanche, notons que leur assurance santé occupe une place prépondérante dans leur budget : 131€/mois en moyenne.

Le budget dépenses contraintes des inactifs reste lui aussi relativement bas (861€/mois) et se concentre essentiellement autour du loyer (552€/mois, soit 64% de ce budget). Les frais de santé des inactifs sont aussi particulièrement importants (120€), du fait qu’ils sont obligés de souscrire une mutuelle personnelle plus chère qu'une mutuelle professionnelle.

Les 25-49 ans, et particulièrement les couples avec 2 enfants, doivent faire face à des dépenses contraintes plus élevées

Le budget dépenses contraintes moyen :

  • Des Français = 1055€/mois
  • Des 25-34 ans = 1199€/mois
  • Des 35-49 ans = 1264€/mois
  • Des couples avec 2 enfants = 1573€/mois

Mais cela s’explique facilement : ces générations d’âges intermédiaires sont en train de s’installer dans la vie active (crédit immobilier, trajets domicile-travail…) et d’agrandir leur famille. Leurs besoins en termes de logement et de carburant pèsent ainsi significativement sur leur budget.

Pour les couples avec 2 enfants, le poids des frais liés au logement (loyer ou crédit immobilier) est particulièrement prégnant : 838€/mois, soit 176€ de plus que la moyenne des Français. Viennent ensuite le crédit automobile (189€) et le crédit à la consommation (154€).

Des dépenses contraintes qui s’envolent pour les jeunes CSP+ de 18-34 ans

Les profils affichant le budget dépenses contraintes moyen le plus élevé (1319€/mois) sont en effet les 18-34 ans appartenant aux catégories socioprofessionnelles les plus favorisées (cadres et professions intellectuelles supérieures, chefs d’entreprises, artisans et commerçants, professions intermédiaires).

Les frais de logement (863€/mois) et de transport (234€/mois) représentent leurs principales dépenses contraintes, viennent ensuite des frais de communication et financiers plus importants que pour les autres profils.

 

Le budget dépenses contraintes des couples avec 2 enfants selon leur catégorie de revenus

 

Pour identifier les disparités en fonction des revenus des ménages, nous avons comparé un même profil : celui des couples avec 2 enfants, et voici les résultats :

  • Dans les foyers de classe modeste (revenu mensuel unitaire compris entre 0€ et 927€), le budget moyen consacré aux dépenses contraintes est de 1374€/mois, soit 66% de leur budget global.
  • Dans les foyers de classe moyenne (revenu mensuel unitaire compris entre 1483€ et 2600€), le budget moyen consacré aux dépenses contraintes est de 1471€/mois, soit 38% de leur budget global.
  • Dans les foyers de classe aisée (revenu mensuel unitaire compris entre 2601€ et 3100€), le budget moyen consacré aux dépenses contraintes est de 2346€/mois, soit 31% de leur budget global.

 

Des dépenses contraintes plus élevées en Bourgogne France-Comté, dans le Grand Est et en Ile-de-France

 

Notre indice nous montre également que le montant des dépenses contraintes est inégal selon les territoires. Ainsi, dans les régions Bourgogne-Franche-Comté (1174€/mois), Grand Est (1116€/mois) et Ile-de-France (1070€/mois), le budget dépenses contraintes est plus élevé que pour la moyenne des Français.

Un podium des régions bouleversé

Pour cette 2nd édition de mars 2021, le top 3 des régions où les dépenses contraintes pèsent le plus sur le budget des Français est différent de celui de novembre 2020. En effet, les régions Hauts-de-France (1019€/mois) et Auvergne-Rhône-Alpes (1017€/mois) ont quitté le classement pour laisser leur place aux régions Grand Est (1116€/mois) et Ile-de-France (1070€/mois). La Bourgogne-Franche-Comté, en revanche, reste en tête du podium.

Comment expliquer ces disparités entre régions ?

Pour les habitants de Bourgogne-Franche-Comté, les frais de transports, de communication et les services financiers sont particulièrement élevés par rapport à la moyenne nationale. Ainsi les Bourguignons-Francs-Comtois payent en moyenne 283€ par mois pour leurs transports (contre 218€ en moyenne), 100€ pour leurs services de communication (contre 80€ en moyenne), et 107€ pour leurs services financiers (contre 87€ en moyenne). Mais on note aussi des disparités par rapport à la moyenne nationale au niveau de l’assurance automobile (105€/mois), du carburant (111€/mois), des frais bancaires (43€/mois) et des mensualités de crédit à la consommation (221€/mois) qui figurent parmi les plus élevés de France.

Pour les habitants de la région Grand Est, ce sont les dépenses de gaz, fioul et chauffage collectif qui affichent une différence significative par rapport à la moyenne nationale (101€/mois contre 84€ en moyenne). Les aléas météorologiques expliquent facilement cette disparité. Mais si le Grand Est (Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine) est sur le podium des régions où les dépenses contraintes sont les plus élevées, c’est aussi parce que tous les postes de dépense sont globalement plus élevés (logement, communication, transports, santé et services financiers).

Les habitants d’Ile-de-France accordent un budget plus important à leur loyer ou au remboursement de leur crédit immobilier. Ce poste de dépenses critique est toujours plus élevé pour les Franciliens : 809€/mois contre 662€ pour la moyenne des Français. Mais ces coûts sont contrebalancés par des frais de transport (185€ contre 218€ en moyenne) et des services financiers (52€ contre 73€ en moyenne) plus faibles.

Téléchargez notre infographie “Indice des dépenses contraintes - Résultats de mars 2021” dans son intégralité.

Sources de l’indice des dépenses contraintes : cette étude a été réalisée par l’institut CSA Research pour lesfurets par questionnaire auto-administré online du 24 février au 4 mars 2021 auprès d’un échantillon de 2005 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus constitué avec la méthode des quotas.

*Source : Centre d’Observation de la Société / Insee : Dépenses contraintes : le poids du logement. 27 août 2018