MENU

« Un verre ça va, trois verres bonjour les dégâts ! » Ce slogan de 1984 vient d’être désavoué par une nouvelle étude, publiée le 23 août dernier dans la revue médicale The Lancet. Les chercheurs ont passé en revue près de 700 travaux publiés sur le sujet ces vingt-cinq dernières années.

Plus de risques que de bienfaits

L’alcool représente « un facteur de risque majeur de décès et d’incapacité » dès le premier verre, soulignent les scientifiques. Chaque année dans le monde, il provoque 2,8 millions de morts. Tuberculose, accidents de la route, automutilation… Le vin et les alcools forts interviennent dans près d’un décès sur dix chez les hommes de moins de 50 ans. « L’alcool est un problème de santé mondial colossal », résume Robyn Burton, du King’s College de Londres (Royaume-Uni).

Polyphénols, antioxydants… Les quelques bienfaits reconnus du vin ne compensent pas les risques de cancer, de blessures et de maladies infectieuses. Chez les plus de 75 ans, un verre d’alcool par jour réduit les risques de maladies coronariennes. Cette consommation semble vertueuse au premier abord, mais elle ne compense pas les risques. L’alcool peut provoquer des cancers, des cirrhoses ou encore des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Nécessité de renforcer la prévention

L’étude dresse au passage le palmarès des plus gros consommateurs de boissons alcoolisées au monde. En Europe, ce sont les Roumains qui consomment le plus de bières. En 2016, ils avalaient l’équivalent de 8,2 bouteilles par jour. Les Portugais et les Luxembourgeois complètent le podium, en consommant 7,2 bouteilles par jour. Les chercheurs ont voulu souligner l’importance culturelle de la consommation d’alcool et la nécessité de renforcer la prévention.

La modération vantée par les alcooliers ne suffit pas. « Ne pas lutter contre les méfaits de la consommation d’alcool, en particulier à des niveaux de consommation élevés, peut avoir des effets désastreux sur la santé de la population », jugent les chercheurs. En Russie, « la consommation d’alcool a été le principal responsable de l’augmentation de la mortalité à partir des années 1980 et a entraîné 75% des décès chez les hommes âgés de 15 à 55 ans », rappellent-ils.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé