MENU

La consommation d’alcool est mauvaise pour votre santé. D’après un rapport publié le 21 septembre dernier par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la consommation de ce type de boissons recule dans le monde. L’alcool a cependant provoqué 3 millions de morts en 2016, ce qui représente un décès sur vingt (5,3%).

Les jeunes hommes très exposés

L’alcool se révèle plus meurtrier que le sida, la tuberculose ou les violences. Dans les décès liés à l’alcool en 2016, l’OMS a recensé 28% d’accidents de la route, suicides et violences diverses. 21% venaient de troubles digestifs et 19% à de maladies cardiovasculaires. Les autres décès sont attribués à des maladies infectieuses, des cancers, des troubles mentaux et autres problèmes de santé. Plus de 200 maladies sont liées à la consommation d’alcool.

Ce sont les plus jeunes (20-29 ans) qui paient le plus lourd tribut. Leur taux de mortalité atteint 13,5%. Les trois quarts des décès concernent des hommes. Environ 2,3 milliards de personnes consomment de l’alcool à travers le monde, précise l’OMS. Le phénomène concerne plus de la moitié de la population sur le continent américain, en Europe et dans la région du Pacifique occidental. L’Europe a toutefois réduit sa consommation de 10% depuis 2010.

33 grammes d’alcool pur par jour

En Occident, la tendance est à la modération. Plusieurs pays slaves ont enregistré une « réduction spectaculaire » de leur consommation d’alcool. C’est notamment le cas en Russie, Moldavie et Biélorussie. La consommation annuelle d’alcool en Russie a chuté de 18,7 litres en 2005 à 11,7 litres en 2016. Les autorités ont obtenu ce résultat grâce à l’introduction d’un prix minimum pour la vodka et l’interdiction de la vente de boissons alcoolisées dans les stations-service.

Les personnes qui consomment de l’alcool absorbent en moyenne 33 grammes d’alcool pur tous les jours. Cela correspond à deux verres de vin de 150 millilitres chacun, à une bouteille de bière de 750 millilitres ou encore à deux « shots » de spiritueux de 40 millilitres chacun). L’OMS craint une hausse de la consommation dans les dix ans à venir. Pour éviter un désastre sanitaire, le docteur Vladimir Poznyak de l’OMS recommande de cesser les partenariats entre boissons alcoolisées et compétitions sportives.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé