MENU

Colles, colorants, dérivés du chrome et du nickel… Chaussures et vêtements neufs contiennent beaucoup de substances chimiques susceptibles d’irriter la peau. Pour éviter les réactions allergiques, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) conseille de mettre son linge neuf à la machine avant usage.

Une dizaine de substances

Dans un rapport publié ce mercredi 4 juillet, l’Anses a analysé 25 vêtements et 14 paires de chaussures achetés dans des magasins. Tous ces objets testés avaient fait l’objet de plaintes de la part des clients. Les acheteurs se plaignaient d’irritations cutanées, rapporte France Info. L’Anses a identifié « une dizaine de substances entraîner des problèmes de santé pour les consommateurs », explique Christophe Rousselle, chef de l’évaluation des risques liés aux substances chimiques à l’Anses.

L’Agence de sécurité recommande un étiquetage sur les risques d’allergies, à l’image de ce qui se pratique pour les aliments ou les cosmétiques. « S’ils ne peuvent pas limiter les substances, a minima, qu’elles soient indiquées via un étiquetage ou un document à proximité de l’article pour que les personnes sensibles à ces substances soient informées », suggère Christophe Rousselle. En attendant, l’organisme conseille de laver ses vêtements neufs.

Vigilance constante de l’acheteur

Cette précaution réduit l’exposition à des substances chimiques comme les nonylphénols, « qui sont à la fois des substances irritantes cutanées, toxiques pour la reproduction et des perturbateurs endocriniens », rappelle Christophe Rousselle. Le lavage n’évacue toutefois pas toutes les substances nocives. L’opération peut même libérer des substances à risque pour les peaux fragiles, comme la PDD (paraphénylènediamine) qui se retrouve dans 20% des vêtements examinés.

L’Anses appelle les consommateurs à la vigilance. Si vous constatez une réaction après l’achat de chaussures ou de vêtement, n’hésitez pas à consulter un docteur. Un dermatologue ou un allergologue pourront identifier la substance responsable. De son côté, l’Anses poursuit une autre étude avec des médecins et des patients pour identifier les produits irritants dans les textiles. Les résultats devraient être publiés d’ici octobre prochain.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé