MENU

La France reste « le champion d’Europe, et probablement du monde, dans les dépenses de protection sociale », assure Jean-Marc Aubert, responsable du service de statistiques des ministères sociaux. La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Dress) a publié le 21 juin dernier un rapport sur l’évolution des prestations sociales en France.

Un tiers du PIB de la France en 2016

Retraites, minimum vieillesse, dépendance… Ce record français « s’explique essentiellement par les risques vieillesse et santé », explique le responsable. En 2016, la France a versé 714,5 milliards d’euros de prestations sociales. Cette somme représente 32,1% de notre PIB, soit une hausse de +4% en 20 ans. Elle a augmenté de +1,8% en un an, c’est-à-dire au même rythme que l’année précédente (+1,7% en 2015). La France se situe au-dessus de la moyenne européenne.

L’UE des 28 consacre en moyenne 27,5% de son PIB à la protection sociale, avec une hausse de +1,9% par an. Les dépenses de la France arrivent en tête, devant le Danemark et la Finlande. Dans l’hexagone, 91% des prestations versées viennent d’organismes publics. Les 9% restants reposent sur les mutuelles et autres dispositifs privés. La crise de 2009 a entraîné une hausse dans les dépenses de protection sociale. Depuis, elles ralentissent à nouveau.

81% de dépenses santé et vieillesse

Dans le détail, le secteur santé et vieillesse représente 81% des dépenses de protection sociale en France. Les prestations familiales (8%) et celles liées à l’emploi (6%) complètent le podium. Le logement et la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale représentent chacun 3% des dépenses. Le déficit de la protection sociale continue de se réduire. Il s’est établi à 0,4 milliard d’euros en 2016. Cette année-là, les ressources de la protection sociale ont augmenté de +2,2%.

Emmanuel Macron avait regretté le 12 juin dernier que la France mette « un pognon de dingue dans les minima sociaux » et que « les gens pauvres restent pauvres ». L’étude de la Drees évalue entre 1,8% et 2,6% du PIB français les dépenses sociales de lutte contre la pauvreté et l’exclusion en 2016. Tout dépend du périmètre considéré, avec ou sans la part des allocations logement et prestations familiales versée aux ménages pauvres.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé