MENU

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) restent délicats à prendre en charge. Pour y remédier, deux chercheurs développent la technologie CurveControl afin de créer un cathéter intelligent. Camille Maïano et Jean-Baptise Cazeneuve travaillent pour la startup BaseCamp Vascular créée en 2016 à Paris, rapporte Numerama ce samedi 26 mai.

Un cathéter qui se plie à la demande

Pour traiter un AVC, les médecins introduisent un cathéter par l’artère fémorale pour remonter dans le système vasculaire cérébral du patient. Les praticiens ne contrôlent leur outil actuel que depuis son extrémité, ce qui rend l’opération particulièrement délicate. Ils surveillent le déroulement du processus sur l’écran de scopie. Si le système a déjà fait ses preuves, Camille Maïano et Jean-Baptise Cazeneuve souhaitent le rendre plus pratique et plus sûr.

Les deux chercheurs se concentrent sur la phase d’accès des réseaux vasculaires tortueux. « Selon le patient et son système vasculaire, le médecin peut perdre du temps, risquer de créer de nouvelles complications en venant racler les bords des vaisseaux », explique Camille Maïano. Les chercheurs ont mis au point un dispositif dont le guide, c’est-à-dire le fil métallique introduit dans l’artère, se plie à la demande du médecin. Objectif, réduire le temps d’intervention.

Un système unique plus économique

Ce cathéter intelligent « va pouvoir monter en une seule fois », résume Camille Maïano. Le dispositif a déjà été testé sur des cœurs de porcs et sur des reproductions en silicone du système vasculaire humain. « Notre concurrence sera les systèmes robotiques et les systèmes actuels qui fonctionnent bien dans la plupart des cas », admettent les deux scientifiques. En revanche, CurveControl pourrait rendre les opérations beaucoup plus économiques.

Pour obtenir le marquage CE, le système devra être testé sur de véritables patients. L’outil sera ensuite commercialisé. Il devrait s’adapter à d’autres domaines médicaux. « On peut envisager de passer dans tout le réseau vasculaire, dans les coronaires, dans les reins, même les veines », assurent les chercheurs. De quoi concrétiser le projet imaginé en 2010 par Jérome Szewczyk, chercheur de l’Institut des Systèmes Intelligents et Robotique (ISIR) de Paris, et le docteur Raphaël Blanc.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé