MENU

Grâce à une politique de prévention particulièrement efficace, l’Australie pourrait voir le cancer de l’utérus disparaître de son territoire d’ici 2035. C’est en tout cas ce qu’a estimé la professeure Karen Canfell dans un communiqué publié ce mardi 2 octobre par Cancer Council, une organisation non gouvernementale (ONG), et relayé par Ouest France.

Une série de succès sanitaires

« De nouvelles recherches menées par Cancer Council prédisent que nous serons le premier pays au monde à éradiquer le cancer de l’utérus », se félicite aussi Ian Frazer, professeur à l’université du Queensland. Dans un premier temps, l’Australie pourrait voir chuter le taux de cancer de l’utérus à moins de 6 cas pour 100 000 femmes en 2022.

C’est en 1991 que le pays a mis en place un programme de dépistage des papillomavirus. Chez 10% des personnes atteintes par ce virus ciblant la peau et les muqueuses, celui-ci peut se transformer en lésions pré-cancéreuses. En l’absence de prise en charge médicale, la patiente peut alors développer un cancer de l’utérus, le quatrième cancer le plus fréquent chez les femmes.

Vaccination et dépistage comme armes contre le cancer

La campagne de vaccination des jeunes filles contre le papillomavirus, lancée en 2007, a ensuite joué un rôle crucial. Cette première mondiale a ensuite été étendue aux garçons. Dix ans plus tard, les autorités sanitaires du pays ont instauré un dépistage systématique du virus tous les cinq ans chez les Australiennes, que ces dernières soient vaccinées ou non.

Reste que, comme le rappelle Cancer Council, « pour atteindre l’éradication, il est vital que les femmes continuent à participer au programme national de dépistage et que les garçons et les filles soient vaccinés contre le papillomavirus ».

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé