MENU

Consommer des aliments issus de l’agriculture biologique réduirait le risque de développer un cancer, selon une étude publiée ce lundi 22 octobre dans la revue médicale américaine Jama Internal Medicine.

Des chercheurs français de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) et de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) ont observé une diminution de 25% du risque chez les consommateurs « réguliers » de produits bio par rapport aux personnes qui en consomment moins souvent.

Baisse de 76% du risque de lymphomes

Dans le détail, la baisse est même est 34% pour les cancers du sein chez les femmes ménopausées et de 76% pour les lymphomes. Pour parvenir à ces résultats, les scientifiques ont mené leur étude sur un échantillon de 68 946 participants volontaires, composé à 78% de femmes pour un âge moyen de 44 ans.

« Bien que le lien de cause à effet ne puisse être établi sur la base de cette seule étude, les résultats suggèrent qu’une alimentation riche en aliments bio pourrait limiter l’incidence des cancers », assurent les scientifiques dans un communiqué de presse.

« Au cours des 7 années de suivi (2009-2016), 1340 nouveaux cas de cancers ont été enregistrés et validés sur la base des dossiers médicaux. Une diminution de 25% du risque de cancer (tous types confondus) a été observée chez les consommateurs « réguliers » d’aliments bio comparés aux consommateurs plus occasionnels », poursuivent les chercheurs.

Les résidus de pesticides en cause

Deux hypothèses sont avancées pour expliquer ces résultats. La plus probable selon les chercheurs est « la présence de résidus de pesticides synthétiques beaucoup plus fréquente et à des doses plus élevées dans les aliments issus d’une agriculture conventionnelle ». La seconde explication met en avant les propriétés des aliments bio qui auraient « des teneurs potentiellement plus élevées en certains micronutriments » bons pour la santé.

C’est « la première fois que l’on met en évidence et à partir d’une enquête prospective un lien entre alimentation bio et risque de cancer », a confié Philip Landrigan, épidémiologiste au Boston College (Etats-Unis), dans les colonnes du Monde. Les auteurs de l’étude expliquent cependant que leurs travaux doivent encore être confirmés par de nouvelles enquêtes prenant en compte d’autres populations dans différents contextes.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé