MENU

Le moment où l’on dîne et où l’on se couche a son importance. Une étude vient de mettre en évidence une relation entre les dîners tardifs et le développement de cancer du sein et de la prostate, rapporte Pourquoi Docteur. Selon les chercheurs espagnols de l’Institute for Barcelona Institute for Global Health (ISGlobal), prendre le repas du soir deux heures au moins avant de se coucher réduit de 20 % le risque de développer ces deux cancers.

Espacer le dîner et le coucher

Pour arriver à leurs conclusions, les chercheurs ont analysé les dossiers médicaux de 621 patients atteints d’un cancer de la prostate et de 1 205 patientes atteintes d’un cancer du sein. Ils ont comparé ces données avec un groupe témoin composé de volontaires n’ayant aucun de ces cancers (872 hommes et 1 321 femmes).

Dans le détail, les chercheurs se sont aperçus qu’en espaçant le repas du soir et le coucher, le risque de développer un cancer du sein diminue de 16 %. Pour le cancer de la prostate, le risque diminue, lui, de 26 %. De plus, manger avant 21 h est de manière générale plus bénéfique qu’après 22 h,  selon l’étude publiée le 17 juillet dans l’International Journal of Cancer.

Sommeil, hormones et cancer…

Ces résultats sont d’autant plus notables chez ceux qui se couchent tôt et suivent les recommandations liées à la prévention du cancer (alimentation équilibrée, non-consommation d’alcool et de tabac). « L’hypothèse que nous avons testée est étayée par des preuves expérimentales et souligne l’importance d’évaluer les rythmes circadiens dans les études sur l’alimentation et le cancer », conclut l’étude. Les rythmes de repos et de sommeil ont leur importance dans la production d’hormones, qui joue un rôle dans l’apparition de cancers.

« On sait que le corps fabrique des enzymes digestives qui vont réagir différemment en fonction de ce que l’on mange et de l’horaire auquel on mange », juge la diététicienne et nutritionniste Hélène Brunengo dans Le Figaro Madame. « Les conclusions des chercheurs n’ont rien d’étonnant ». Une précédente étude, publiée en 2017, soulignait que manger tard sur une période de 8 semaines augmentait le risque de diabète, d’obésité, d’athérosclérose et d’autres problèmes cardiovasculaires.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé