MENU

Faut-il autoriser le cannabis thérapeutique en France ? Un comité d’experts va trancher la question d’ici la fin de l’année, a annoncé l’Agence du médicament (ANSM) ce lundi 10 septembre. La première réunion devrait se tenir courant octobre dès que les membres du comité seront nommés, précise France Info.

Opposition au joint thérapeutique

L’Hexagone n’autorise actuellement qu’un seul médicament à base de molécules de cannabis. Il s’agit du Sativex, un spray destiné à soulager les patients qui souffrent de sclérose en plaques. Ce traitement dispose d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) en 2014, mais il n’est pas vendu en pharmacie. D’autres médicaments, le Marinol et l’Epidiolex, ont reçu une Autorisation temporaire d’utilisation (ATU) pour une centaine de malades chacun.

L’ANSM a décidé de se pencher sur la consommation de la plante elle-même. Il s’agit d’évaluer « l’intérêt thérapeutique du cannabis pour le traitement de certaines pathologies » et son éventuelle « mise à disposition » pour usage médical. L’ANSM n’envisage pas pour autant de promouvoir le joint thérapeutique. « Fumer du cannabis est nocif en raison de la combustion », rappelle Nathalie Richard, spécialiste des stupéfiants et des psychotropes.

Vers une ingestion par voie orale

Fumer le cannabis permet au THC de passer directement dans le sang. Le pic d’efficacité est atteint plus rapidement, mais les effets durent moins longtemps. « Partout où le cannabis thérapeutique est disponible, ce n’est pas la forme fumée qui est privilégiée », relève Nathalie Richard. Les scientifiques plaident plutôt pour autres formes d’absorption. La plante peut se consommer par vaporisateur, ou par voie orale sous forme d’infusion ou de gélules.

L’usage du cannabis en analgésique pourrait soulager certaines douleurs ou nausées, comme celles dont souffrent les patients sous chimiothérapie. Outre toute la littérature scientifique disponible, le comité va s’intéresser aux pays qui autorisent déjà le cannabis thérapeutique. C’est le cas des Pays-Bas, du Canada ou encore de l’Allemagne. « On bénéficie déjà d’un recul sur la question », assure Nathalie Richard.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les mutuelles santé