MENU

C’est une première judiciaire en France. Le tribunal des affaires de Sécurité sociale de Guéret (Creuse) a reconnu ce mercredi 25 avril la maladie de Lyme comme une maladie professionnelle, rapporte France 3. Le plaignant travaillait comme technicien de la forêt à la fédération de la chasse du département.

Incapacité de travail prise en charge

Dans le cadre de son métier, Eric Oden se trouvait régulièrement en contact avec des animaux porteurs de tiques. Cet arachnide transmet la maladie de Lyme par piqûre. Douleurs articulaires, tremblements et troubles neurologiques… Le technicien en souffre depuis quatre ans. « C’est une première victoire », se réjouit-il. Son assureur a été condamné à lui verser 1 200 euros. Jusqu’à présent, la mutualité sociale agricole (MSA) refusait de l’indemniser.

Faute de prise en charge de son incapacité de travail, Eric Oden continuait d’assurer ses fonctions malgré sa maladie. Son employeur Jean-François Ruinaud, président de la fédération de chasse creusoise, estime que cette décision de justice va dans le bon sens. « J’espère que ça va faire jurisprudence pour tous les techniciens de fédération qui travaillent dans les bois et qui sont au contact de l’analyse des animaux et donc des tiques », assure-t-il.

55 000 cas en France métropolitaine

La MSA dispose d’un mois pour faire faire appel du jugement. En attendant, Eric Oden affirme continuer à se battre « pour moi et pour les autres », précise-t-il. Le Creusois veut désormais militer pour créer de nouveaux tests de détection de la maladie. Il compte aussi s’engager pour améliorer le soin des malades. En 2016, le ministère de la santé estimait à 55 000 le nombre de cas en France métropolitaine. Pour le moment, la maladie de Lyme n’est pas reconnue comme une affection chronique.

La maladie de Lyme reste très difficile à diagnostiquer. En France, les malades doivent passer deux tests sanguins successifs pour accéder aux soins. Les associations de malades dénoncent cette procédure, accusant les tests Elisa et  Western Blot de manquer de fiabilité. En janvier dernier, 300 malades ont porté plainte contre l’Etat, l’Agence nationale du médicament (ANSM) et le Centre national de référence (CNR) de Strasbourg (Bas-Rhin).

 

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé