MENU

Depuis le 1er janvier 2017, tout Français majeur est considéré comme donneur d’organe potentiel sauf en cas d’inscription au registre national des refus. Vous pouvez vous y inscrire en ligne à partir de ce lundi.

Sélectionner les parties de votre corps

Créé en 1998, le registre national des refus de don d’organes comprenait 150.000 noms à la fin de l’année 2016. La procédure simplifiée en ligne vous permet, si vous le souhaitez, de vous opposer à un prélèvement d’organes ou de tissus après votre mort en vue d’une greffe. Par ailleurs, vous pouvez désormais sélectionner les parties de votre corps dont vous acceptez ou refusez l’utilisation post-mortem.

Le registre des refus de don d’organes notification comporte également une rubrique spéciale pour le refus d’autopsie ou de prélèvement pour la recherche scientifique. Une fois inscrit sur le registre, vous pouvez également vous désinscrire ou modifier vos volontés à tout moment. Ces nouvelles dispositions sont encadrées par la loi de modernisation du système de santé du 26 janvier 2016. La plateforme impose le chargement d’une version électronique de votre pièce d’identité.

21.400 patients étaient en attente d’une greffe

A noter que la « présomption de consentement au don d’organes » ne connaît donc plus que trois exceptions. Seules une note datée et signée de la main du défunt, une attestation écrite des proches détaillant les conditions du refus, ou une inscription au registre national des refus ont désormais une valeur légale. Cette dernière démarche ne s’accomplit plus par voie postale avec formulaire et photocopie de la pièce d’identité, mais en ligne.

Pour rappel, la « présomption de consentement au don d’organes » est entrée en vigueur pour pallier le déficit criant de greffons en France. En cas de mort prématurée, les médecins se tournaient auparavant  vers la famille du défunt pour être autorisés à prélever ses organes. Sous le choc, les proches refusaient le don d’organes dans 1 situation sur 3. En conséquence, plus de 500 malades sont décédés en attente d’une greffe l’année dernière, d’après le site SOS hépatites. 21.400 patients étaient en attente d’une greffe d’organes en France en 2015.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé