La technologie se met aujourd’hui au service des patients pour améliorer leur quotidien, aider à la prise des traitements et assurer un meilleur suivi. Si l’e-santé s’avère salutaire dans certains cas, les risques de fraude viennent entacher les progrès réalisés.

Les cybercriminels sont particulièrement conscients de la valeur des données personnelles des patients et rivalisent d’inventivité pour s’en emparer. Cela engendre des vols d’identité ou des fausses prescriptions qui permettent à ces criminels de se procurer des médicaments pour ensuite les revendre, voire pour leur consommation personnelle. Le simple vol d’un numéro de Sécurité sociale peut avoir un impact majeur sur un patient. Aux Etats-Unis, l’Office of Civil Rights a publié une étude qui atteste que 113 millions de dossiers sont concernés par l’une des 268 failles de sécurité identifiées.

Et les conséquences peuvent être graves. De fait, selon une étude du Ponemon Institute, pour résoudre une fraude de ce type, 65 % des victimes ont dû débourser 13 500 dollars en moyenne. Ces coûts sont liés aux paiements des consultations, des médicaments, des avocats, etc. Car le problème est qu’un vol d’identité n’est pas constaté de suite. Les victimes mettent en moyenne trois mois à s’apercevoir de la fraude, ce qui laisse largement le temps aux voleurs d’utiliser les données collectées. Cela est dû au fait qu’il est difficile de s’en apercevoir dans la mesure où aucun document ne manque. De plus, les prestataires médicaux n’informent pas toujours les victimes.

A ce jour, les Etats-Unis sont fortement touchés par ces fraudes tandis qu’en Europe on tente de mettre en place des systèmes plus transparents et sécurisés, ce qui n’empêche malheureusement pas le risque d’être victime d’un vol d’identité ou d’une utilisation de ses données de e-santé.

Source : journaldunet.com

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les mutuelles santé