MENU

S’il est toujours délicat d’enfermer un mode alimentaire sous une appellation, les « flexitariens » sont principalement végétariens, mais ils s’autorisent à consommer de la viande et du poisson de temps à autre.

La viande, un produit en désamour

Depuis une dizaine d’années, la consommation de viande, à l’exception des volailles, connaît une forte baisse. Si en 2007, les ménages consommaient en moyenne 58 kg de viande par an, ce chiffre passe à 52,5 kg par an en 2013.

Les causes de ce désamour sont d’abord économiques, la viande étant un produit alimentaire assez coûteux dans un contexte de crise et de gel des salaires.

L’impact générationnel est également à prendre en compte :  les Français passent de moins en moins de temps à cuisiner et se tournent davantage vers des plats préparés qui contiennent de la viande en moindre quantité. Ils achètent aussi plus facilement de la charcuterie que de la viande brute non transformée.

Les scandales alimentaires, comme la viande de cheval retrouvée dans les lasagnes pourtant étiquettées « pur boeuf » mais aussi la mise en lumière des conditions dans lesquelles vivent les animaux dans les élevages intensifs ont aussi rebuté une bonne partie des consommateurs.

Que ce soit pour des raisons de santé, de budget ou pour défendre la cause animale, les Français consomment donc moins de viande. Mais alors, que consomment-ils à la place ? L’apport de protéines mais aussi de lipides apportés par la viande doit être couvert, sous peine de carences.

Le poisson ne semble pas touché par cette tendance. Les Français en consomment en moyenne une trentaine de kilos chaque année. La France est le 5ème pays d’Europe où l’on mange le plus de produits de la mer, derrière le Portugal, la Lituanie, la Finlande et l’Espagne.

Vive les protéines

Que l’on soit végétarien, végétalien ou flexitarien, l’arrêt ou la diminution de la viande et de poisson doit être progressif. On ne peut que difficilement passer d’un régime carnivore à un régime pauvre en viande sans risquer des carences, mais aussi une perte de poids (en plus des protéines qu’elle contient, la viande est aussi très riche en lipides, autrement dit en « gras »).

Contrairement aux croyances établies, il n’est pas indispensable de manger de la viande pour être en bonne santé. En octobre 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) qui dépend de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a classé la viande rouge comme « probablement cancérogène pour l’Homme ». La viande rouge transformée a elle été identifiée comme « cancérogène pour l’Homme« .

Aussi, si la viande consommée modérément reste intéressante pour le corps, c’est surtout grâce aux protéines qu’elle contient. Un adulte a besoin de 0,8g par kg de protéines chaque jour. Une personne de 60 kg aura donc besoin de 48 grammes de protéines chaque jour.

Vous trouverez ces protéines :

  • dans les céréales : le pain, la semoule, le quinoa…
  • dans les légumineuses : les haricots, les pois chiches, les lentilles, le soja…
  • les fruits oléagineux : les noix, les pistaches, les amandes…

En général, pour les journées sans viande ou produits animaux, il est conseiller de consommer :

  • 3 portions de fruits 
  • 2 portions de céréales
  • 2 portions de légumineuses
  • 4 portions de légumes 

(Une portion est égale à une demi-tasse de 250mL.)

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé