MENU

Les génériques peinent à percer sur le marché du médicament en France. Ce secteur reste stable à 3,47 milliards en 2017, soit une petite hausse de +0,2%. Nous sommes à la traîne parmi les pays de l’OCDE, analyse Les Echos. L’année dernière, le générique n’a représenté que 36% des médicaments remboursés par l’Assurance maladie.

Les marges des professionnels de santé

La France reste très loin des autres pays de l’OCDE (50% de génériques en moyenne). En Allemagne,les génériques couvrent 80% du marché du médicament. C’est presque autant que le Royaume-Uni (83%). En France, cette « allergie » aux génériques viendrait de « l’organisation de notre système de santé », explique le sociologue Étienne Nouguez au Journal du CNRS le 2 mars dernier. Ces traitements réduiraient la marge des professionnels de santé.

Pharmaciens, mutuelles ou encore médecins peu scrupuleux… « Personne n’avait de réel intérêt à privilégier les médicaments les moins chers », affirme le spécialiste des relations santé-marché, auteur d’un récent essai sur le sujet. La bascule s’est amorcée à la fin au début des années 1990. « Bon nombre de médecins ont mal vécu la mise en place du droit de substitution qui confère au pharmacien le pouvoir de décider », affirme le sociologue.

25% des Français se méfient des génériques

Pour les spécialistes, prescrire des médicaments de marque permettrait de « justifier le tarif élevé de leurs consultations et d’éventuels dépassements d’honoraires ». Sans parler du poids économique des laboratoires pharmaceutiques. La position des professionnels de santé n’explique pas tout, la défiance viendrait aussi des patients. 25% des Français jugent que les copies ne sont ni aussi sûres ni aussi efficaces que les médicaments originaux.

Pourtant, « la plupart des copies présentent les mêmes excipients que les princeps », assure le sociologue. Un patient peut certes contracter une allergie rare à certaines substances, mais le principe actif du traitement reste le même. Cette défiance nuit au marché du générique et provoque un effet nocebo (placebo négatif), souligne Étienne Nouguez. Avec leurs doutes, « certains patients peuvent contribuer à diminuer cette efficacité ou cette sécurité », avertit le spécialiste.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé