MENU

Stages mieux encadrés, examens assouplis et structures d’écoute renforcées : les ministres de la Santé, Agnès Buzyn, et de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, ont présenté, ce mardi 3 avril, 15 mesures contre la souffrance des étudiants en santé

Les deux ministres avaient commandé fin juillet un rapport à la psychiatre Donata Marra. Elles ont rappelé « les difficultés graves » que rencontrent les étudiants : « stress chronique », « anxiété », mal-être allant parfois jusqu’à l’épuisement professionnel ou à la dépression. « Il y a urgence à agir, (…) les futurs professionnels de santé sont une richesse pour notre pays et nous devons leur offrir les conditions d’étude qu’ils méritent », a affirmé Agnès Buzyn.

Humiliation, harcèlement et bizutage dans le viseur

« Certains comportements doivent cesser immédiatement et être sanctionnés. L’humiliation, le harcèlement, le bizutage n’ont pas de place à l’université », a expliqué Frédérique Vidal, souhaitant proposer dans toutes les filières, « avant la fin de l’année », des dispositifs d’écoute et de soutien aux étudiants pour faciliter le dépistage de la souffrance psychique.

Parmi les 15 engagements annoncés figure notamment l’évaluation systématique des lieux de stage par les étudiants avec la possibilité d’un « réexamen de l’agrément ou des conventions » si la note est « insatisfaisante ». Les conditions de travail des stagiaires sont aussi visées avec notamment la limitation à 48 heures du temps de travail hebdomadaire.

Les ministres ont par ailleurs lancé une consultation et un groupe de travail sur le « chantier de la formation », notamment la réforme de la première année de médecine. De premières orientations seront rendues en mai, a précisé le ministère dans un communiqué.

« Des mesures prometteuses »

Ces propositions « sont encourageantes » mais elles « semblent partielles, et presque inexistantes sur certains aspects de la problématique », a réagi dans un communiqué l’Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf).

Pour l’intersyndicale d’internes en médecine générale (Isnar-IMG) aussi, « des mesures prometteuses sont annoncées », mais « d’autres pistes doivent également être explorées » comme faciliter l’accès à la médecine du travail pour les étudiants.

Une enquête réalisée en 2017 auprès de 22 000 futurs médecins révélait un mal-être général. 66,2% déclaraient souffrir d’anxiété et 27,7% de dépression. Et plus d’un sur cinq indiquait avoir eu des idées suicidaires.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé