MENU

Quand on fait un infarctus, mieux vaut ne pas être une femme. En effet, des chercheurs anglais se sont intéressés à un projet d’audit regroupant les informations relatives aux 600 000 infarctus du myocarde intervenus depuis 2003 dans 247 hôpitaux de Grande-Bretagne.

Ils ont ainsi pu constater qu’après un électrocardiogramme, un diagnostic sur trois réalisé par un cardiologue était erroné. Inutile de préciser les conséquences d’une telle erreur, d’autant que la prise en charge n’est pas meilleure que la détection.

De fait, sur 389 000 cas de no-STEMI (absence de modification du segment ST qui entraînent 41% de mauvais diagnostics), 113 586 personnes sont décédées. Selon les analyses des chercheurs, 32 765 de ces décès auraient pu être évités si la prise en charge avait été plus efficace.

Et pour éviter ces décès, des recommandations doivent être apportées aux femmes concernées par l’infarctus du myocarde.
Par exemple, seules 12% des femmes ayant survécu se sont vues conseiller de stopper le tabac alors qu’arrêter de fumer permet d’augmenter de 50% les chances de survie.

Il en va de même pour les préconisations en termes d’hygiène de vie, de la pratique d’activités physiques à une alimentation plus saine en passant par une perte de poids pour les personnes obèses ou en surpoids.

Ces recommandations permettent aux personnes concernées de prendre conscience de leur situation mais aussi de leur indiquer les différentes aides auxquelles elles peuvent prétendre.

Source : lefigaro.fr

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé