Dans les deux cas, c’est une inspection de l’Agence régionale de santé (ARS) qui a imposé cette fermeture des deux centres dentaires « low cost ». En cause, des failles dans le nettoyage des instruments et un défaut d’évacuation des déchets.

Placée en redressement judiciaire en novembre, Dentexia a pris la forme d’une association implantée en région parisienne et lyonnaise. Son objectif est de proposer des soins dentaires nettement inférieurs à ceux normalement pratiqués. Contrairement à un cabinet traditionnel où l’assistante est supervisée par le dentiste, ce dernier qui exerce en tant que salarié ne se consacre qu’aux soins, les assistantes se chargeant des actes complémentaires.

Bien que Dentexia mette en avant une campagne de dénigrement de la part de l’Ordre national et de syndicats professionnels pour expliquer ses difficultés financières, nombreux sont les patients à se montrer mécontents. Ils sont ainsi près de 300 à s’être regroupés dans un collectif contre Dentaxia en s’estimant victimes de de pratiques douteuses concernant la qualité des soins.

Cette suite de fermetures risque de porter un coup fatal à Dentexia, mais également aux soins dentaires « low cost » dans leur ensemble.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les mutuelles santé