Comparez les complémentaires santé
Indiquez-nous vos besoins et trouvez la mutuelle santé la plus adaptée !
Comparer
Partager sur

Une réponse à la reprise épidémique

Le remboursement à 100% par l’Assurance Maladie des actes de téléconsultation avait été mis en place dès le début de la crise sanitaire, par l’ordonnance n°2020-428 du 15 avril 2020. Cette mesure avait été prolongée par l’ordonnance n°2020-737 du 17 juin 2020. Elle devait prendre fin au 31 décembre 2021. Mais en raison de la reprise épidémique, le gouvernement a jugé approprié de l’étendre.

En date du 29 décembre 2021, il a donc été déposé un amendement (n° CL277) stipulant que les actes de téléconsultation seraient remboursés intégralement « jusqu’à une date fixée par décret, et au plus tard jusqu’au 31 juillet 2022 ». Le 30 décembre 2021, ce texte a été adopté par l’Assemblée nationale. Pour être définitif, il doit à présent être approuvé par le Sénat.

Ce délai supplémentaire serait l’occasion, pour les partenaires conventionnels, de préciser les conditions dans lesquelles les professionnels de santé peuvent recourir à la téléconsultation. De leur côté, les professionnels de santé pourraient mettre ce temps à contribution pour se mettre en conformité (outils utilisés, solutions techniques envisagées).

Téléconsultation : des chiffres records

« Ces mesures ont permis une expansion sans précédent des actes réalisés en téléconsultation », est-il précisé dans l’amendement n°CL277. Ceux-ci sont en effet passés de « 10 000 à 1 million par semaine au plus fort de la crise, lorsque les déplacements étaient par ailleurs très fortement restreints ». Soit une augmentation de 9 990 % !

Non seulement la téléconsultation a participé à contenir l’épidémie, mais la prise en charge intégrale des actes par l’Assurance Maladie a également permis aux médecins de simplifier des actes par l’Assurance Maladie a également permis aux médecins de simplifier leur gestion interne. On pense, notamment, aux processus de facturation et de règlement patient.

Les limites de la téléconsultation

Selon une étude menée par le CSA et commandée par l’entreprise Maiia, éditrice de services de téléconsultation – étude par ailleurs relayée par le média de la transformation numérique L’Usine Digitale, – trois freins à la téléconsultation subsisteraient.

Le premier est d’ordre technique. En effet, plus de 40% des sondés disent avoir eu des difficultés à obtenir en pharmacie le traitement prescrit. En cause, des problèmes d’impression, de lisibilité, voire de transmission. Le second est relatif à l’absence de contact avec le professionnel de santé. Certaines pathologies nécessitent, par ailleurs, une consultation en présentiel. Dernier frein : tout simplement, le fait que tous les médecins traitants ne pratiquent pas la téléconsultation. Cela oblige potentiellement les patients à changer de médecin. Près de 30% des sondés seraient d’ailleurs prêts à le faire.

Comparer les devis mutuelle santé
Partager sur
Comparer les devis mutuelle santé