MENU
Comparez les complémentaires santé
Indiquez-nous vos besoins et trouvez la mutuelle santé la plus adaptée !
Comparer
Partager sur

En France, les montures de lunettes coûtent cher. L’hexagone reste le premier marché de l’optique en Europe, avec des coûts plus élevés que chez ses voisins de l’Union. Le secteur a néanmoins amorcé une mutation en 2017, rapporte Le Monde ce lundi.

La fin d’un âge d’or de l’optique ?

Au cours de l’année passée, la France a compté plus de fermetures que d’ouvertures de magasins d’optique. Les opticiens se retrouvent dans le collimateur du gouvernement. Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait promis aux Français un reste à charge à zéro pour les lunettes. Aujourd’hui, les ménages assument encore 24% du prix de cet équipement. En 2016, la part mutuelle représentait 72% du prix des lunettes.

En l’espace de 10 ans, les remboursements assumés par les complémentaires santé n’ont cessé de grimper. Cette meilleure prise en charge a soutenu la croissance du secteur. Résultat, le marché français de l’optique est devenu très haut-de-gamme. Les ouvertures de points de vente se sont multipliées. En 2003, la France comptait 8 300 points boutiques en optique. L’année dernière, ce chiffre avait augmenté de moitié avec 12 440 magasins.

De nombreuses mesures à l’étude

D’après les chiffres de la Mutualité française, le secteur de l’optique empocherait 71% du prix des lunettes hors taxes. Pour atteindre le « zéro reste à charge », la filière devra se restructurer. Ni la sécurité sociale, ni les mutuelles optiques ne sont disposées à payer davantage. Offres à bas coûts ou déflation généralisée, les professionnels de l’optique devront baisser leurs prix. Ce levier existe, puisque les opticiens touchent 62% de marge. Plusieurs autres solutions sont à l’étude.

Le gouvernement souhaite imposer 3 contrats types pour faciliter la lisibilité du remboursements des lunettes. Les mutuelles privilégieraient leur réseau de soins, pour réduire le reste à charge de -50%. Pour limiter l’inflation, la Mutualité française voudrait baisser de 150 à 100 euros la prise en charge des montures. L’organisme  suggère aussi de limiter les « verres de stock » sur lesquels les opticiens réalisent d’énormes marges. En contrepartie, les opticiens réaliseraient des bilans visuels, qui restent le privilège des ophtalmologistes.

Comparer les devis mutuelle santé
Partager sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé