MENU

Les pharmaciens ne pourront finalement pas prescrire certains médicaments. Du moins, pas pour le moment. L’Assemblée nationale a rejeté l’amendement car il « n’était pas mûr », a expliqué samedi 27 octobre le rapporteur du projet de loi de financement de la Sécu, Olivier Véran (LREM). Les médecins généralistes s’étaient fermement opposés à cette mesure.

Ce projet, porté par la députée Delphine Bagarry (LREM), proposait, sous forme expérimentale, d’autoriser les pharmaciens, dans le cadre d’un protocole d’accord conclu avec des médecins, à délivrer certains médicaments à prescription médicale obligatoire dans le cas de soins d’urgence.

Un texte moins ambitieux adopté

Olivier Véran a expliqué que l’Assemblée avait cependant adopté un autre article « qui allait un peu moins loin ». Le texte voté facilite, là aussi à titre expérimental et dans un cadre très strict, la possibilité pour des pharmaciens de renouveler des traitements chroniques ou d’ajuster leur posologie, en lien étroit avec le médecin traitant.

Mais il ne permet aucune nouvelle prescription. « C’est bien dommage », a regretté Delphine Bagarry. La députée estime que sa proposition sécurisait des pratiques qui existent déjà, certains pharmaciens rendant service aux patients dans les cas d’urgence et en l’absence de médecins disponibles.

Agnès Buzyn finalement défavorable

La députée s’est déclarée surprise par l’issue du vote, « après l’intervention déconcertante » de la ministre de la Santé Agnès Buzyn qui « semblait soutenir (mon) projet avant de lui donner un avis défavorable ». « Ce rejet a eu lieu dans la précipitation et l’incompréhension », a-t-elle ajouté.

La ministre avait en effet expliqué lors du débat qu’il était « dans l’intérêt des patients de faciliter la délivrance de certains médicaments par les pharmaciens prenant en exemple le cas d’une jeune fille souffrant d’une infection urinaire ». « On n’est pas en train de changer les métiers, on facilite la vie quotidienne de nos concitoyens », avait-elle ajouté.

Le ministère de la Santé a pourtant confirmé que la ministre n’était pas favorable à l’amendement rejeté.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé