MENU

Faire un grand coup de balai dans le marché des médicaments. Voilà comment pourrait être résumé le message que souhaitent passer les professeurs Philippe Even et Bernard Debré dans leur nouvelle version de leur best-seller, le « Guide des 4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux » (éditions du Cherche Midi) paru jeudi.

Selon les deux hommes, un tiers des médicaments proposés seraient, en effet, « inefficaces » et donc ne serviraient à rien, un quart serait même mal toléré et 5 % potentiellement dangereux. Selon les auteurs, 15 milliards de médicaments seraient également dépensés inutilement au détriment de « véritables priorités » : hôpitaux, infirmières, handicaps physiques et mentaux, vieillesse, etc.

« 15.000 morts d’accidents thérapeutiques dus aux médicaments »

Vendu à plus de 160.000 exemplaires, le « Guide des 4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux » avait créé la polémique en 2012 et avait valu aux deux anciens médecins d’être sanctionnés par l’Ordre des médecins. Cette édition 2.0 inclut donc les 200 nouveaux médicaments [concernant notamment le domaine des cancers, des hépatites, du diabète et des anticoagulants, NDLR] apparus depuis 2012. Sur ces 200 nouveaux médicaments, « une cinquantaine est utile », a ainsi tranché le Pr Even sur RTL.

L’ancien doyen de la faculté de médecine de Necker a évoqué « des progrès réels » parmi les anticancéreux, mais aussi les effets indésirables des médicaments : il y a « 15.000 morts d’accidents thérapeutiques dus aux médicaments qui n’auraient pas dû avoir lieu ». « C’est quand même cinq fois plus que les accidents de la route », a-t-il assuré.

Cinquante antitussifs seraient « à retirer du marché »

Le taux d’inefficacité noté dans l’ouvrage est très élevé pour l’ORL (78 %) et en gastro-entérologie (62 %) et reste loin d’être négligeable en pneumologie (59 %, hors cancers et infections). Ainsi, 50 antitussifs seraient « à retirer du marché » et « 22 des 23 » des mucolytiques aux noms imagés pour prétendument « fluidifier les sécrétions bronchiques » seraient « inutiles ». Même constat pour la « désensibilisation allergique », qualifiée de « nulle » par les deux experts.

En cette période d’hiver propice aux rhumes, le Pr Even a, en outre, rappelé que les médicaments en vente libre contre les congestions nasales, très courants, contenant de la pseudoéphédrine, présentent des dangers pour la santé. Le sérum physiologique est préférable, selon des spécialistes qui assurent que parmi les médicaments récents il n’y a « aucun progrès notable en neuropsychiatrie (12 molécules) ». Seul le Sovaldi (laboratoire Gilead) trouve grâce aux yeux des professeurs Philippe Even et Bernard Debré qui évoquent une « révolution », pointant ainsi les progrès dans le traitement de l’hépatite virale C.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé