Revoilà le printemps qui chante et avec lui son lot d’allergies. Avec dix jours d’avance, les températures exceptionnellement douces relevées dans le pays accélèrent la libération des pollens en grande quantité. Les départements du sud de la France, où les températures ont frôlé les 25°C ce week-end, sont ainsi particulièrement touchés par le phénomène.

Gare aux pollens d’aulne

Ainsi, dans son dernier bulletin allergo-pollinique publié ce vendredi, le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) dresse une carte de vigilance. Les départements du pourtour méditerranéen et limitrophes sont particulièrement exposés aux pollens de cyprès. Un record a même été battu à Avignon (Vaucluse), avec plus de 35.000 grains de pollen comptés.

Pour le reste du pays, ce sont les pollens d’aulne qui devraient créer le plus de désagréments. Traversant le pays d’Est en Ouest, ils seront, dans les prochains jours, « présents sur tout le territoire avec un risque d’allergie de niveau moyen ».

Les pollens de frêne sous surveillance

Les pollens de frêne sont également sous surveillance, car ils « se retrouvent sur une grande partie du territoire et sont en augmentation », explique le RNSA. N’oublions pas les saules et les charmes dont la floraison a commencé et qui libèrent petit à petit leurs pollens. Toutefois la concentration n’est pas encore suffisante pour provoquer une alerte.

Le conseil d'Hervé !
Il existe plusieurs petites astuces pour mieux vivre votre allergie aux pollens, notamment : les antihistaminiques, l’acupuncture, se laver les cheveux et le nez avant de dormir, éviter le sport en plein air, fermer les fenêtres du bureau et de chez vous ou encore appliquer une serviette mouillée sur votre visage.
Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter votre médecin traitant.

Les seuls pollens à ne plus être en capacité d’inquiéter les allergiques sont ceux du noisetier qui disparaissent petit à petit du territoire. En revanche, ceux de « leurs cousins de la même famille », soit les bouleaux, vont prendre le relais. D’après le modèle de prévision de Météo-France réalisé en partenariat avec le RNSA, ils arriveront à Lyon et Montluçon dans les dix derniers jours de mars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *