MENU

La pollution atmosphérique menace la santé des nourrissons. L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) à Paris tire la sonnette d’alarme ce mardi 15 mai. D’après une étude menée par les chercheurs, les bébés naissent plus petits à cause de l’exposition aux particules fines.

Moins de 2,5 kilos à la naissance

Le dossier fait tousser les autorités. Les femmes enceintes restent très vulnérables à la pollution. Leur fœtus risque des retards de croissance intra-utérine. En France, 8 300 enfants par an naissent hypotrophes. Comprenez qu’ils pèsent moins de 2,5 kilos à la naissance, quand le poids moyen pour une naissance à terme s’établit à 3,5 kilos. La moitié de ces enfants doivent leur condition à la pollution atmosphérique.

L’hypotrophie du nouveau-né influence sur son développement ultérieur. Un enfant hypotrophe sur quatre développera un retard moteur ou intellectuel de développement, affirme l’équipe d’épidémiologie des maladies allergiques et respiratoires (EPAR). Les scientifiques chiffrent à 25 millions d’euros par an le coût de la prise en charge de l’hypotrophie à la maternité. La facture grimpe à 1,2 milliard d’euros pour l’ensemble de la vie des petits malades.

Protéger les femmes enceintes

Cette situation pèse sur les comptes de la Sécurité sociale. « Les coûts estimés sont supportés par les pouvoirs publics qui financent les structures de soin et de prise en charge. Les coûts restants (garde des enfants à domicile, absentéisme parental, éducation spécialisée, etc.) restent à la charge des familles », explique Isabella Annesi-Maesano, chercheuse directrice de recherche Inserm en charge de l’étude.

Face à cette situation, les chercheurs suggèrent d’instaurer des mesures de santé publiques pour protéger les femmes enceintes. Les patientes pourraient limiter leurs déplacements en cas de pic de pollution, avec par exemple une indemnisation intégrale du salaire à la clé. « Il est nécessaire de mettre en place de vraies politiques d’amélioration de la qualité de l’air pour les générations futures », conclut Isabella Annesi-Maesano.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les mutuelles santé