Selon l’Association française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable (Afipa) au rythme où vont les choses, le déficit de l’Assurance maladie devrait atteindre les 14 milliards d’euros en 2020 et les 41 milliards à l’horizon 2040.

La solution selon elle ? Informer les patients pour les inciter à pratiquer une automédication autonome et responsable qui deviendrait ainsi la première étape du parcours de soins.

Pour être pratiquée avec une sécurité maximale, la population doit en effet bénéficier d’une réelle formation à l’automédication. C’est l’objectif  de la campagne de communication que vient de lancer l’Afipa et qui durera jusqu’au 1er juillet.

Les médecins généralistes estiment que 45 % de leurs patients sont aptes à se soigner seuls, sans ordonnance, dans le cas d’affections légères comme un rhume ou un mal de tête. Plus généralement, 16 % des patients pourraient se soigner sans passer par leur médecin, soit une économie de 38 millions de consultations par an.

Du côté des patients, l’Afipa peut aussi compter sur de nombreux alliés puisque 91% des Français se sentent capables de gérer eux-mêmes des problèmes de santé bénins, 80% ayant eu recours à l’automédication au cours de l’année écoulée, 9 fois sur 10 avec succès. Dès lors pas étonnant que 60% d’entre eux soient favorables à une prise en charge individuelle des dépenses de santé, pour les affections sans gravité.

Dans la plupart des cas, l’automédication concerne des médicaments non remboursés par l’Assurance maladie. Ils coûtent en moyenne 32,40 € par an et représentent 15,7 % du total des médicaments achetés. Certaines mutuelles santé prennent en charge tout ou partie de ces médicaments, le plus souvent via un forfait annuel.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les mutuelles santé