MENU

Si le Big Data est une révolution que nombre de Français peuvent craindre à juste titre dans la mesure où la transmission des données personnelles est désormais plus simple, beaucoup estiment qu’il s’agit d’une vraie révolution capable d’améliorer notre santé. Un exemple tout simple : alors que les chercheurs multiplient les études en interrogeant des volontaires, ils pourront à l’avenir être encore plus précis en utilisant des données médicales disponibles quasiment en temps réel.

Et c’est notamment grâce aux objets connectés que les Français peuvent partager des informations précieuses pour les professionnels de santé et les chercheurs. Croisées avec les données stockées dans les dossiers médicaux numérisés, elles sont une mine d’informations pour faire avancer la médecine. Car aujourd’hui, le problème est que l’on est entré de plain-pied dans une phase curative alors que l’on peut disposer d’assez d’éléments pour faire de la prévention des risques.

Autre atout majeur du Big Data : le décodage de l’ADN. Selon les spécialistes, décoder un ADN coûte aujourd’hui 1000 euros. Mais dans 5 ans, ce prix pourrait descendre à quelques dizaines d’euros. Si le Big Data est bon pour la santé, il sera également bon pour les comptes du pays.

A l’heure des scandales liés à certains médicaments à l’image du Médiator et plus récemment de la Dépakine, utiliser des bases de données complètes pourrait permettre de créer des alertes quant aux effets indésirables ou aux risques engendrés par la prise de ces médicaments et ainsi stopper leur utilisation plus rapidement.

Bien sûr, tout ceci n’est pas sans risques. Certes, ces données transitent par des serveurs sécurisés, mais force est de constater que les pirates chevronnés sont à même de mettre à mal certaines sécurités. Et sur le darkweb, on est très friand des dossiers médicaux, lesquels s’échangent à 17 dollars l’unité.
Imaginez le potentiel pour les personnes mal intentionnées qui mettent la main sur toutes ces données confidentielles. Cela entraîne même ce que l’on appelle le rançonnage. Par exemple, aux Etats-Unis, des petits génies sont parvenus à crypter les données d’un hôpital et ont demandé une rançon de 20 000 dollars en échange de la clé de décryptage. Ils auraient tout aussi bien pu utiliser ces données ou les revendre.

Si le Big Data peut permettre de réaliser des économies, il aura en amont un coût majeur pour assurer la sécurité des données personnelles des patients. Ensuite, il faudra compter le coût de serveurs ultra-sécurisés pour être certain de ne pas se faire subtiliser les données mais aussi et surtout pour ne pas les perdre. Cela nécessite également d’être à même de vérifier où vont les données de santé collectées par les objets connectés liés aux applications téléchargées sur l’App Store ou Google Play.

Enfin, quid des hôpitaux où chacun se connecte librement au wi-fi sans avoir à nécessairement utiliser un mot de passe ? Il n’y a pas que dans les films que l’on peut se déguiser en médecin pour accéder facilement à un ordinateur pendant que les autres ont le dos tourné.

Le Big Data est une vraie révolution pour la santé qui devra s’accompagner de la plus haute vigilance pour obtenir des résultats positifs.

Source : franceinter.fr

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé