MENU

L’absentéisme au travail a progressé de 7,5% en six ans, public et privé confondus. Certaines entreprises présentent un niveau d’absentéisme « anormal » avec 4 fois plus d’arrêts de travail que d’autres de la même région et dans un secteur équivalent, rapporte L’Express. L’Assurance maladie a lancé en novembre dernier une campagne de sensibilisation.

Sensibiliser sur la cause des arrêts

La Sécurité sociale a décidé d’alerter les entreprises les plus gourmandes en arrêts de travail. Elle leur signalera le nombre, la durée mais aussi le motif de leurs arrêts maladie. L’Assurance maladie espère amorcer chez ces entreprises « une réflexion sur [leurs] conditions de travail, puisque l’on sait qu’il y a une corrélation entre ces dernières et le nombre et la durée des arrêts » explique Laurent Bailly, responsable du département des services aux assurés.

En interne, les entreprises peuvent calculer leur taux d’absentéisme. En revanche, elles n’ont pas de point de comparaison avec leurs concurrents. « L’idée, c’est de dire à une entreprise : vous avez beaucoup d’arrêts de travail liés aux troubles musculo-squelettiques par rapport à vos concurrents, il y a peut-être des actions à faire sur ce sujet » explique au Figaro Marine Jeantet, directrice des risques professionnels à l’Assurance maladie. Les données des patients restent anonymes.

5 entreprises participent à l’expérience

L’Assurance maladie identifie des pathologies à partir des consultations et des médicaments remboursés. « Par exemple, si le salarié a vu un psychiatre et pris des antidépresseurs, on peut en conclure qu’il a été arrêté pour dépression » explique Laurent Bailly. « Nous laissons de côté les petits arrêts courants (virus, poignet foulé, etc.), ainsi que les affections de longue durée (pour diabète par exemple), qui pourraient parasiter les données d’absentéisme » ajoute-t-il.

L’Assurance maladie traque les troubles musculo-squelettiques (TMS), les lombalgies et les risques psychosociaux (RPS). 5 entreprises de plus de 200 salariés (environ 20% d’absentéisme) participent à l’expérience à Amiens (Somme), Bourg-en-Bresse (Ain), Marseille (Bouches-du-Rhône), Grenoble (Isère) et sur la Côte d’Opale. Elles exercent dans les secteurs de l’aide à la personne, du conseil, du gardiennage et de la sécurité. A terme, le dispositif s’étendra à 200 entreprises par an.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé