MENU

C’est la fin du déficit pour l’Assurance maladie. Le trou de la Sécu serait « en passe d’être comblé », a déclaré ce mardi 25 septembre Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics. Le budget 2019 de la Sécurité sociale prévoit « solde excédentaire d’environ 800 millions d’euros ».

3,8 milliards d’économies

Ce n’était plus arrivé depuis 18 ans, avec la « cagnotte » du gouvernement Jospin. Cette fois-ci, le gouvernement se concentre sur le remboursement d’une dette sociale de 120 milliards d’euros à éponger d’ici 2024. L’Etat devra « maîtriser les dépenses » et économiser 5,7 milliards d’euros. Les retraites de base versées par l’Assurance vieillesse et les prestations familiales se retrouvent en première ligne, avec une revalorisation annoncée de 0,3% face à une inflation de 1,6%.

Ce seul coup de rabot permettra d’économiser 1,8 milliard d’euros. Le reste se répartira entre l’hôpital, la médecine de ville et l’industrie pharmaceutique. L’Assurance maladie devra ainsi économiser 3,8 milliards d’euros, un montant proche des années précédentes. La Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF), principal syndicat des médecins libéraux, dénonce « un nouveau plan d’économies drastiques » qui « ne peut plus être supporté par les soins de ville ».

Priorité « aux plus précaires »

Le gouvernement a besoin de ces « mesures nouvelles » pour éviter une explosion du déficit à 3 milliards d’euros en 2019. Heures supplémentaires exonérées de cotisations sociales, suppression du « forfait social » sur l’intéressement dans les PME, « correction » de la hausse de la CSG pour les retraités modestes… Faute de compensation financière de la part de l’Etat, ces mesures fiscales pèsent sur les comptes de la Sécurité sociale. De quoi faire bondir les acteurs sociaux.

« Ce n’est pas à la Sécu et aux assurés sociaux de supporter les conséquences de décisions politiques impactant les finances de la protection sociale », s’est indignée l’Union nationale des syndicats autonomes (Unsa). « Le rétablissement des comptes » permet de « donner la priorité aux plus précaires », a répliqué Agnès Buzyn, ministre de la Santé. L’exécutif va notamment étendre la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) et pousser sa réforme « 100% santé » prévue pour 2021.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé