MENU

20% des jeunes de 15 à 24 ans s’estiment mal informés sur le sida, rapporte un sondage Ifop-Bilendi pour Sidaction publié mercredi 21 mars. L’association organise son weekend de collecte de fonds du 23 au 25 mars prochain. D’après elle, ce sondage montre « la dégradation toujours plus inquiétante du niveau d’information sur le VIH au sein de cette génération ».

Méconnaissance des risques

Ce chiffre a augmenté de +9% par rapport à 2009. L’ignorance des plus jeunes reflète la persistance de fausses croyances et autres idées reçues sur la maladie. Par exemple, 21% d’entre eux pensent que le virus peut se transmettre en embrassant une personne séropositive (+6% depuis 2015). Autre préjugé très répandu, 18% des jeunes croient que le contact avec la transpiration d’un séropositif peut entraîner une infection (+8% depuis 2015).

Les jeunes interrogés mentionnent aussi d’autres idées reçues plus dangereuses. 19% estiment que la prise de la pilule du lendemain protège contre le sida. Ils ne sont plus que 91% à déclarer que le préservatif est efficace pour arrêter la contagion (-7% depuis 2014). La méfiance des jeunes à l’égard des canaux d’information participe à la méconnaissance de la maladie. Un jeune sur deux ne fait pas confiance aux sites spécialisés (54%) ou aux médias traditionnels (51%).

Baisse de la vigilance

Résultat, les jeunes sont mal informés sur l’avancée de la recherche contre le sida. 26% des jeunes interrogés pensent qu’il existe des médicaments pour guérir du VIH (+13% depuis 2009). « Il semblerait que les avancées en matière de recherche médicale aient entraîné une baisse de la vigilance des jeunes face aux risques de contamination par le VIH », déplore le Sidaction. Les pratiques à risque persistent, avec 14% des jeunes qui se sont déjà exposés une fois.

Seuls 39% d’entre eux ont effectué un test de dépistage. Résultat, les contaminations chez les 15-24 ans ont augmenté de +24% depuis 2007. Le Sidaction souhaite donc repenser les campagnes d’information contre la maladie. « Il faut faire circuler des messages dans et en dehors de la sphère scolaire pour atteindre tous les jeunes dans toute leur diversité, quel que soit leur milieu social ou leur orientation sexuelle », déclare Florence Thune, directrice générale de Sidaction.

 

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé