MENU

Selon une étude de l’Inpes (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) datant de 2008 :

– 17% des Français âgés de 25 à 45 ans accumulent chaque jour une dette de sommeil.

– 12% d’entre eux sont insomniaques.

– 71% ont un sommeil insuffisant.

Qu’entend-on par troubles du sommeil ?

Il existe deux grands types de troubles du sommeil : les dyssomnies et les parasomnies.

Les personnes souffrant de dyssomnie ont du mal s’endormir, voire ne dorment pas du tout.

Les personnes souffrant de parasomnies parviennent à s’endormir, mais elles auront le sommeil agité par des cauchemars, des apnées, du bruxisme (grincements des dents) …

Ces insomnies sont le plus souvent :

  • psychologiques : choc émotionnel, stress, dépression, anxiété…
  • physiologiques : migraines, fièvre, dette de sommeil, épilepsie, cancer…
  • liées à l’environnement : mauvaise literie, chambre bruyante…
  • liées à une mauvaise hygiène de vie : horaires de travail décalés, alimentation trop riche, surconsommation de café ou d’excitants…

Quelle prise en charge pour les troubles du sommeil ?

Si vous souffrez de troubles du sommeil, la priorité est de consulter votre médecin traitant afin que votre parcours de soins soit pris en charge par l’Assurance Maladie. Les consultations sont remboursées à hauteur de 70% et les médicaments à 65%. Ensuite, c’est votre complémentaire santé qui prend le relai.

Ce point n’est pas négligeable. La plupart des insomnies proviennent de causes psychologiques et se soignent grâce à des thérapies comportementales ou des médecines douces (relaxation, sophrologie…) qui peuvent être très coûteuses sans remboursements. En effet, l’Assurance Maladie rechigne encore à prendre en charge ce genre de soins.

Lorsque l’alcool et les drogues sont en cause, un traitement adapté doit être mis en place. Dans ce cas, il est plus que conseillé de consulter un professionnel de santé qui pourra préconiser un sevrage dans un institut afin de bénéficier d’un soutien psychologique pour augmenter les chances de réussite. Ces soins peuvent être pris en charge par la Sécurité sociale et la mutuelle santé.

Dans le cadre du bruxisme nocturne, il n’existe pas de médicament réellement efficace. En revanche, le patient peut porter une gouttière dentaire en caoutchouc pour limiter ce bruxisme.

Enfin, l’énurésie nocturne (incontinence), surtout chez l’enfant, peut être liée à un facteur psychologique, consulter un pédopsychiatre peut s’avérer très utile.

Dans tous les cas, si vous avez des troubles nocturnes, vérifiez bien que votre assurance maladie rembourse les soins dont vous ou vos enfants aurez besoin.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé