MENU

L’essai clinique a été conduit par le docteur Stanley Ridell, oncologue au centre de recherche sur le cancer Fred Hutchinson de Seattle aux États-Unis. La technique repose sur l’immunothérapie qui consiste à stimuler les lymphocytes de classe T afin qu’ils détruisent spécifiquement les cellules cancéreuses.

L’expérimentation de 2013 a porté sur 29 patients atteints d’un cancer du sang de type leucémie aiguë. Trois ans plus tard, 27 d’entre eux sont en rémission, c’est-à-dire ne présentent plus aucune trace de cellules cancéreuses dans leur moelle osseuse. Pour des patients atteints d’une autre forme de cancer du sang, le succès a été de 80 %. Il ne s’agit en aucun cas d’une méthode universelle fonctionnant à tous les coups en se révélant être un échec chez certains malades ou devant être accompagnée de traitements complémentaires chez d’autres.

À l’heure actuelle, les chercheurs poursuivent leur travail sur deux axes majeurs. Le premier est de rendre la méthode plus efficace et le second de réduire les effets secondaires tels que certains symptômes neurologiques, la fièvre et les variations de la tension artérielle. À plus ou moins long terme, cette méthode pourrait être étendue au cancer du sein et du poumon.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé