Comparez les complémentaires santé
Indiquez-nous vos besoins et trouvez la mutuelle santé la plus adaptée !
Comparer
Partager sur

Une protection de type prévoyance pour les salariés aidants

À un moment ou à un autre de leur vie, une grande majorité de personnes sera amenée à aider un parent malade, en perte d’autonomie ou en situation de handicap. Aujourd’hui, entre 8 et 11 millions de Français prennent soin d’un de leurs proches. D’ici 2030, ce phénomène va s’amplifier : 1 actif sur 4 sera proche aidant.

Cette assistance présente l’avantage de permettre à la personne aidée de continuer à vivre chez elle. Et, par le fait, de conserver sa qualité de vie. Mais pour les proches aidants, ce rôle n’est pas toujours facile à assumer au quotidien, avec des répercussions notamment sur :

  • l’état de santé général
  • le bien-être psychique
  • la profession (absentéisme)
  • les finances (certains aidants doivent se résoudre à travailler moins pour se rendre disponibles).

Sous l’impulsion des salariés et des directeurs de ressources humaines (DRH), bien conscients de ces problématiques, les professionnels du secteur de l’assurance – et plus particulièrement de la branche prévoyance – réfléchissent à des solutions.

La CAPSSA, pionnière en la matière

En effet, les deux tiers des salariés aimeraient un dispositif de protection personnalisé consacré aux aidants de l’entreprise. Et autant seraient favorables à une solution de prévoyance. C’est ce qu’il ressort d’une enquête menée par l’Ocirp, assureur à vocation sociale.

Du côté des DRH, même enthousiasme. La majorité d’entre eux est pour un système de soutien dédié aux salariés proches aidants. Et près des trois-quarts sont pour une mutualisation des coûts de soutien au sein d’un dispositif de prévoyance.

La Caisse de prévoyance du personnel de la Sécurité sociale et assimilés (CAPSSA) est la première à avoir mis en place une telle solution. Instaurée en collaboration avec Aésio Mutuelle, AG2R La Mondiale, le groupe IMA et Malakoff Humanis, elle comporte 3 volets :

  1. Information et sensibilisation : l’objectif est d’encourager les salariés à évaluer leur profil d’aidant, au travers d’un test d’autodiagnostic
  2. Conseil et orientation : une ligne téléphonique et un portail en ligne sont mis à la disposition des salariés pour les accompagner
  3. Prestations de services : deux paniers sont proposés aux salariés – parmi les prestations proposées, le portage de repas, l’aide à domicile ou encore la garde d’enfants

Dans le détail, le premier panier inclut des prestations à hauteur de 400€. Il s’adresse aux salariés proches aidants veillant sur leur conjoint, concubin ou partenaire de Pacs, ou sur un parent du premier degré (parents, enfants). La personne aidée doit percevoir une aide en lien avec son handicap ou sa perte d’autonomie, comme l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ou l’allocation personnalisée d’autonomie (APA).

Le second panier intègre des prestations à hauteur de 750€. Il concerne les salariés proches aidants bénéficiant du congé légal proche aidant au titre du GIR 1 à 3, du congé légal de solidarité familiale ou du congé légal de présence parentale.

À l’avenir, ce type de dispositif pourrait bien se développer. Une bonne nouvelle !

Comparer les devis mutuelle santé
Partager sur
Comparer les devis mutuelle santé