MENU

Le VIH reste un tabou pour les malades. Quatre personnes sur dix (43%) qui vivent avec le virus disent mentir « souvent » à leurs proches sur leur état de santé, d’après une étude Ipsos Gilead Sciences dévoilée ce mercredi 19 septembre par France Info. Cette réaction trahit une prise en charge compliquée.

Une vie fortement perturbée

C’est un statut sérologique qui déclenche l’isolement social. Un tiers des malades du VIH (31%) pensent que personne ne peut les comprendre. Résultat, ils tiennent leurs proches à l’écart. Quatre patients sur dix (41%) ne leur parlent pas à leur entourage de leurs rendez-vous médicaux ni de leurs traitements. Quand ils prennent la parole, les patients se contentent d’un comité restreint. Près d’un malade sur trois (31%) se limite à trois proches maximum pour évoquer sa contamination.

Quarante ans après l’épidémie de Sida, le VIH perturbe toujours autant la vie des malades. Un patient sur trois (34%) pense au moins une fois par jour au virus, quand près d’un sur cinq (17%) y pense plusieurs fois par jour. Près de six malades sur dix (57%) évoquent une perturbation de leur vie sexuelle. Leurs projets de famille ont volé en éclat. La moitié d’entre eux (47%) a renoncé à devenir parent quand près de quatre sur dix (38%) ont abandonné leurs projets de mariage ou de pacs.

Peur de contaminer ses proches

Le VIH repousse énormément de choses à plus tard. Un tiers des malades (29%) a remis à plus tard la décision de fonder une famille. Près d’un sur cinq (18%) a reporté ses projets d’union. Les personnes contaminées évoquent une angoisse persistante face à l’avenir. Un tiers d’entre elles (31%) ont attendu plus d’un an entre leur dépistage et le début du traitement. Les deux tiers des patients (66%) trouvent ce délai beaucoup trop long. Cette prise en charge tardive favorise le stress.

Pendant cette période charnière, un malade sur deux (51%) a eu peur de voir son état se dégrader à cause de l’évolution de la maladie. Ils étaient tout aussi nombreux (46%) à craindre de contaminer leur partenaire ou leur entourage. Près d’un patient sur deux contaminé par le VIH (45%) estime important de s’informer pour continuer à vivre normalement. Dans le détail, quatre malades sur dix veulent en savoir plus sur les innovations thérapeutiques (42%) et sur leur espérance de vie (41%).

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé