MENU

Le dolutegravir (DTG) provoquerait des malformations chez le fœtus. Ce traitement contre le VIH doit absolument être évité au moment de la conception et en début de grossesse, indique une étude menée au Bostwana. Les chercheurs ont présenté leurs résultats à Amsterdam (Pays-Bas) lors de la 22e conférence internationale sur le Sida.

Un risque de spina bifida

Le 21 mai dernier, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avait déjà émis une mise en garde contre cet antirétroviral. Pour rappel, le dolutegravir stabilise l’infection par le VIH. C’est un produit efficace, contre lequel le virus développe peu de résistance. L’équipe du docteur Rebecca Zash a suivi 426 femmes séropositives, toutes tombées enceintes sous DTG. Les chercheurs ont relevé 4 cas d’anomalies du tube neural (ATN), une partie du système nerveux.

Ce type de malformation congénitale intervient dans les 28 premiers jours de la grossesse. La plupart des femmes ignorent encore qu’elles sont enceintes, précise Vih.org. Chez les fœtus concernés, le tube neural ne se referme pas complètement. Ce problème peut provoquer des retards de développement, des paralysies ou des troubles du langage. En tête des manifestations possibles figure le spina bifida, un mauvais développement de la colonne vertébrale.

Résultats « statistiquement significatifs »

D’autres études devront encore confirmer la dangerosité du médicament. « Ce taux de 0,9 % [de malformations chez les femmes sous DTG] est à comparer au taux de 0,05 % observé chez les femmes traitées avec des antirétroviraux à base d’éfavirenz et de 0,09 % chez les femmes séronégatives. Ces résultats sont statistiquement significatifs », indique l’OMS. En attendant de mieux connaître l’effet exact du DTG, l’OMS recommande certaines précautions.

Les femmes et adolescentes séropositives en âge de procréer doivent privilégier un traitement à base d’éfavirenz (EFV). L’innocuité de cet antirétroviral en cas de grossesse a été démontrée, rappelle eSanté. La prescription de DTG doit s’accompagner d’une contraception systématique. En revanche, les femmes déjà sous DTG ne doivent pas interrompre leur traitement médical sans consulter un médecin. Si vous avez des doutes, consultez un professionnel de santé.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé