MENU

De l’importance du dépistage dans la prévention du cancer

Même sans symptômes, il est possible de détecter d’éventuelles lésions cancéreuses dans le cadre d’un dépistage. Cette démarche est d’ailleurs fortement encouragée, le cancer se soignant mieux s’il est détecté tôt. On peut détecter un cancer avec une prise de sang, mais d’autres examens comme la mammographie, la biopsie, l’endoscopie pour le dépistage du cancer de la gorge, l’IRM, la cytologie pour le dépistage du cancer des poumons ou encore le frottis permettent également de détecter des tumeurs. Ces examens sont généralement réalisés dans le cadre d’une suspicion de cancer.

Il existe deux types de dépistages fondés sur une action préventive et anticipatrice : le dépistage individuel et le dépistage organisé. Ce-dernier est généralisé en France en 2004 ; il émane d’une politique de santé publique incitant la population à effectuer un dépistage de certains cancers. Ce programme a comme objectif de réduire le taux de mortalité lié au cancer. À ce titre, l’examen est gratuit, mais ne doit nullement se substituer à un suivi médical. Entre 2005 et 2012, le taux de mortalité lié au cancer est en baisse de 1,3 % par an chez les hommes. Sur cette même période, la progression du cancer ralentie chez les femmes.

S’il est reconnu qu’un dépistage en amont permet d’augmenter les chances de guérison en cas de début de maladie avérée, tous les cancers ne peuvent faire l’objet d’un dépistage automatique pertinent.

Quels sont les différents types de dépistage du cancer ?

La prévention secondaire du cancer, appelée « dépistage » peut être :

  • Organisée dans le cadre d’une campagne de dépistage gratuit du cancer.
  • Individuelle, lorsque le dépistage est décidé conjointement par le médecin et son patient, en fonction de critères personnels.

Le dépistage s’adresse à tous les individus, dès que ces derniers atteignent un certain âge :

  • Les femmes entre 50 et 74 ans pour le cancer du sein.
  • Les femmes entre 25 et 65 ans pour le cancer du col de l’utérus.
  • Les hommes et les femmes entre 50 et 74 ans pour le cancer colorectal.

Le dépistage du cancer peut prendre plusieurs formes :

  • Un examen radiologique comme la mammographie,
  • Un examen des cellules par le microscope (ex : frottis cervical),
  • Une recherche d’un saignement anormal du tube digestif.

Il est également possible de détecter le cancer au moyen d’une prise de sang, mais ce test peut uniquement détecter les tumeurs non-solides, telles que les leucémies ou les lymphomes.

Les dépistages féminins classiques

En France, les femmes semblent intégrer de plus en plus la nécessité de se faire dépister, notamment grâce aux campagnes de dépistage gratuit du cancer organisées par les autorités sanitaires.

Le dépistage du cancer du sein se fait au moyen d’une mammographie, prise en charge à 100 % tous les 2 ans. On estime que le dépistage organisé permettrait chaque année de sauver quelques centaines de vies.

Cette mammographie permet de classer la patiente sur une échelle nommée ACR. Lorsque la mammographie indique un ACR 4 ou 5, cela donne lieu à une biopsie qui détermine s’il existe des cellules cancéreuses. Cet examen permet bien souvent de prendre en charge à temps les malades avant le développement du cancer.

Le dépistage du cancer de l’utérus se fait grâce à un frottis réalisé par un gynécologue. Selon l’Institut National du Cancer, en réalisant un frottis ne serait-ce que tous les 3 ans, 9 cancers de l’utérus sur 10 pourraient être évités.

Les dépistages pour tous

Le cancer ne touche pas que les femmes et chacun est amené à réaliser un dépistage régulier.

Une communication importante a été mise en place pour limiter les décès liés au cancer colorectal. On invite ainsi les personnes de plus de 50 ans à procéder à un dépistage gratuit du cancer du côlon au moyen d’un test des selles à faire à la maison. Les selles collectées sont placées dans un tube hermétique et envoyées par la poste à un laboratoire.

Enfin, même si l’on en parle moins, le cancer de la peau se classe au 11e rang des cancers les plus fréquents. En 2012, on comptait 11 176 nouveaux cas en France.

Le dépistage du cancer de la peau passe par une consultation chez le dermatologue qui pourra analyser les grains de beauté et autres tâches qui pourraient être cancéreux. Il est conseillé aux hommes dégarnis qui ne se protègent pas du soleil d’être vigilants. Le dépistage est remboursé à hauteur de 70 % sur la base du tarif conventionnel, là encore, la mutuelle santé prend en charge le reliquat.

Le conseil d'Hervé !
Si certains tests sont gratuits, d’autres sont payants mais remboursés à hauteur de 70 % par l’assurance. Pour le reste, la prise en charge peut être assurée par la complémentaire santé. Dans tous les cas, n’hésitez pas à vous renseigner sur les démarches de prise en charge auprès de votre médecin.

Prévention du cancer : quatre tests en pratique

Dépistage du cancer par prise de sang, mammographie ou frottis, voici quelques exemples de tests à réaliser pour prévenir le cancer.

  • La mammographie permet de dépister un cancer du sein. Celle-ci peut s’inscrire dans le cadre d’une campagne de dépistage organisée mais peut également se faire lors d’un simple examen gynécologique au cours duquel une palpation peut révéler une grosseur. Pour information, la mammographie est un examen radiologique consistant à comprimer le sein entre deux plaques le temps de la radiographie.
  • Le frottis cervico-vaginal qui consiste en un prélèvement du col de l’utérus est l’examen réalisé pour détecter un cancer du col de l’utérus. L’examen est assuré par le gynécologue ou le médecin généraliste. L’analyse des cellules prélevées permet d’identifier d’éventuelles cellules cancéreuses. Le dépistage peut se faire dès les premiers rapports sexuels. Il existe un vaccin contre le cancer du col de l’utérus. Celui-ci est recommandé dès l’âge de 11 ans. Un rattrapage est envisageable à 19 ans révolus. Ce vaccin a plus d’efficacité sur les plus jeunes.
  • Le test Hemoccult II® permet de dépister gratuitement le cancer colorectal. De 50 à 74 ans, toute personne peut effectuer ce test depuis son domicile tous les deux ans dans le cadre d’un dépistage organisé. Pour ce faire, il faut prélever trois fois avec une spatule un peu de selles à déposer sur une plaquette, laquelle doit être envoyée à l’Institut Pasteur.
  • Pour le dépistage du cancer de la peau, programmez une consultation annuelle chez un dermatologue dès l’âge de 50 ans en particulier. Veillez tout particulièrement à la modification de certains grains de beauté ou à l’apparition de taches. Sachez qu’une journée nationale de dépistage du cancer de la peau est organisée chaque année.

 

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé