MENU
Comparateur de mutuelle santé
Indiquez votre profil et vos besoins et trouvez l’assurance complémentaire santé adaptée à vos besoins
Je compare

La catastrophe sanitaire de 2003 et ses conséquences

La canicule de l’été 2003 a déclenché une catastrophe sanitaire constituant une grave menace pour un million de personnes âgées, fragiles ou gravement malades, avec un bilan humain faisant état de 14 802 victimes. Cette vague de surmortalité a conduit le Ministère chargé de la Santé et de la Protection sociale à mettre en œuvre un Plan National Canicule.

À l’échelon local, une formation canicule spécifique aux EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) a été établie. Partant du principe que l’exposition prolongée à la chaleur peut avoir des conséquences gravissimes chez les plus vulnérables, les personnes âgées placées en institution doivent faire l’objet d’une surveillance accrue.

Pour contrer le risque, le protocole canicule des EHPAD prévoit notamment :

  • l’approvisionnement de l’établissement en eau et en glace ;
  • la distribution de boissons fraîches ;
  • l’adaptation des menus pour apporter de l’eau et des sels minéraux.

Ce plan canicule à destination des personnes âgées impose des mesures visant à éviter en particulier le risque de déshydratation. Les consignes :

  • pulvériser de l’eau sur le visage et le corps avec un brumisateur ;
  • appliquer des lingettes humides ;
  • humidifier la bouche ;
  • faire prendre des douches et des bains frais.

Ces précautions s’accompagnent du conseil suivant : planifier une consommation d’eau à intervalles réguliers sans dépasser 1,5 L par jour, afin d’éviter le risque d’hyponatrémie.

Hydrater en grande quantité présente des dangers chez les personnes âgées dont les fonctions sudorales et urinaires sont ralenties. Faute de pouvoir évacuer le surplus de liquide, le senior court le risque de se noyer de l’intérieur.

L’hyponatrémie : la conduite à tenir

Lorsque l’organisme contient trop peu de sodium par rapport à sa quantité d’eau, on parle d’hyponatrémie. Particulièrement sensible aux modifications du taux de sodium dans le sang, le cerveau est touché en premier. Les premiers symptômes sont :

  • la léthargie ;
  • la désorientation mentale ;
  • la dysfonction cérébrale.

Si la natrémie diminue soudainement, les symptômes peuvent s’aggraver. Chez les personnes âgées, le risque est encore plus grand.

On peut alors être confronté, par ordre croissant, à différentes réactions telles que :

  • des contractions musculaires ;
  • des convulsions ;
  • une perte de réactivité (état de stupeur) ;
  • plus aucune réaction (coma) ;
  • le décès.

L’hyponatrémie est diagnostiquée en contrôlant le taux de sodium dans le sang et l’urine.

Lorsqu’elle est légère, elle peut être traitée en réduisant l’absorption de liquide en dessous du seuil de 1 L par jour. Pour augmenter l’excrétion de liquides, l’administration de sodium ou de diurétique peut être décidée. L’hyponatrémie sévère est considérée comme un cas d’urgence et nécessite une hospitalisation ( prise en charge par votre mutuelle santé senior ).

Le conseil d'Hervé !
L’hyponatrémie peut toucher les patients de tous les âges, souffrant de certaines maladies chroniques, alitées ou sous antidépresseurs.
Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé