MENU

Le diabète : de quoi s’agit-il ?

Trouble de l’assimilation, de l’utilisation et du stockage des sucres, le diabète génère un taux de glucose dans le sang élevé (hyperglycémie). Il faut distinguer deux types de diabète:

  • le type 1, dit « insulino-dépendant »,
  • et le type 2, dit « non-insulino dépendant ».

Le dépistage du diabète de type 1 est généralement réalisé chez les personnes jeunes présentant des symptômes tels que :

  • soif intense
  • amaigrissement rapide
  • urines abondantes

Le dépistage diabète de type 2 est pratiqué chez les plus de 40 ans. Le diabète de type 2 évoluant souvent sans aucun symptôme pendant des années, le diagnostic est fait le plus souvent par hasard.

Dans un cas comme dans l’autre, le traitement vise à équilibrer le taux de glycémie. Le diabète se soigne bien mais ne se guérit jamais. Cela induit une surveillance permanente ainsi que de bonnes habitudes alimentaires et physiques.

Test du diabète : la prise de sang

Même s’il n’est pas possible de prévenir l’arrivée du diabète, un dépistage précoce peut permettre d’empêcher ou de retarder son apparition.

Le dépistage du diabète de type 1, commence par une prise de sang. En cas de résultat anormal, une seconde prise de sang s’impose pour confirmer le résultat. Ce sont les marqueurs immunitaires qui permettent de confirmer le diagnostic. Un nouvel examen (sanguin et urinaire) sera éventuellement effectué tous les deux à trois mois. En cas de complications spécifiques au diabète de type 1, un examen annuel est effectué au niveau du cœur, du système nerveux, des yeux et des pieds.

Pour le diabète de type 2, La HAS (Haute Autorité de Santé) recommande un dépistage des plus de 45 ans présentant l’un des marqueurs spécifiques du diabète (origine non caucasienne, syndrome métabolique, excès pondéral, cholestérol…).

Grâce au dépistage, il est possible d’intervenir en amont pour retarder l’apparition de la maladie, grâce à de bonnes pratiques (alimentation, perte de poids, sport…).

Le dépistage se matérialise par un test de glycémie veineuse à jeun en laboratoire. Si le test est positif, un second devra être effectué pour confirmer le diagnostic. S’il est négatif, ce test devra être réitéré chaque année pour les personnes hyperglycémiques.

Le diabète (de type 1 et de type 2) est reconnu affection de longue durée (ALD). Les examens et les soins liés à cette pathologie sont pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie et ouvre droit à l’exonération du ticket modérateur.

Comment savoir si on est diabétique sans prise de sang ?

Le dépistage du diabète en pharmacie peut être envisagé en première intention. En effet, votre pharmacien peut effectuer une glycémie à partir d’une goutte de sang prélevée sur la pulpe du doigt grâce à un lecteur de glycémie, un appareil permettant le test du diabète.

Au quotidien, l’auto test pour le diabète de type 1 permet aux diabétiques insulino-dépendants de mesurer quotidiennement leur glycémie afin d’adapter leur traitement (en évitant les risque d’hypoglycémie ou d’hyperglycémie).

Le conseil d'Hervé !
L’assurance maladie rembourse intégralement les lecteurs de glycémie (tous les 4 ans) et leurs consommables, en cas de diabète traité par insuline ou de rétinopathie diabétique. Les bandelettes utilisées pour l’auto-surveillance glycémique sont remboursées à hauteur de 200 bandelettes par an en cas de diabète de type 2, non traité par insuline (sauf diabète gestationnel).
Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé