sante
sante
chaise
Besoin d'une bonne mutuelle ?
Comparez les tarifs et trouvez la complémentaire santé qui correspond à vos besoins.

Logo Avis Vérifiés

Les offres répondaient vraiment à des besoins spécifiques, ce qui est bien. Lela


En quoi consiste la sleeve gastrique ?

De plus en plus pratiquée en France, la sleeve gastrique fait partie des techniques de chirurgie bariatrique qui s’adresse aux personnes en situation d’obésité. Si vous vous intéressez à une telle intervention, voici ce qu’il faut savoir.

Se soigner

par Marion Plasse • mis à jour le

Partager sur :
sleeve gastrique ou chirurgie bariatrique

La sleeve gastrique ou chirurgie bariatrique, qu’est-ce que c’est exactement ?

La sleeve gastrique, encore appelée sleeve gastrectomie ou sleeve gastroplastie, fait partie des techniques de chirurgie bariatrique. Le terme « bariatrique » se rapporte à l’obésité. L’intervention consiste à retirer les deux tiers de l’estomac, de sorte à le réduire en forme de manchon (d’où le terme anglais « sleeve » désignant « manche » en français).

Cette réduction de la taille de l’estomac a un double effet. Elle permet de diminuer la quantité d’aliments ingérée et agit aussi sur la sensation de satiété. En effet, la ghréline (hormone stimulant l’appétit) est essentiellement sécrétée par la région de l’estomac supprimée.

Pour bénéficier d’une telle intervention, le patient doit être en situation d’obésité.

Sleeve gastrique : à quelles conditions ?

L’IMC, un facteur déterminant

L’opération sleeve est précisément réservée aux personnes qui souffrent :

  • D’une obésité massive : IMC supérieur à 40.
  • D’une obésité sévère : IMC supérieur à 35, si celle-ci est associée à au moins une complication pouvant être améliorée par cet acte chirurgical (troubles ostéoarticulaires, diabète, hypertension artérielle, syndrome d’apnée du sommeil…).

Pour rappel, l’IMC se calcule en divisant le poids par la taille au carré. Par exemple, une personne pesant 90 kilos pour 1,60 m aura un IMC de : 90 / 1,60² = 90 / 2,56 = 35,16.

Un suivi médical obligatoire

Le patient doit aussi avoir suivi, au préalable, un programme sur six à douze mois sous supervision médicale pour tenter de perdre du poids. Durant cette période de transition, il est entouré de nombreux spécialistes : nutritionniste, gastro-entérologue, cardiologue, kinésithérapeute, endocrinologue ou encore psychologue. C’est l’occasion, pour lui, d’apprendre à rééquilibrer son alimentation afin d’éviter un changement trop brutal après la sleeve.

L’intervention ne peut être envisagée qu’en cas d’échec ou de perte de poids insuffisante. La décision d’opérer ou non revient à l’équipe médicale, après concertation.

La préparation à l’hospitalisation

Une fois l’intervention programmée, un bilan pré-opératoire incluant plusieurs examens est réalisé :

  • Une prise de sang.
  • Une fibroscopie gastrique pour rechercher un ulcère ou une hernie hiatale (ces pathologies constituent une contre-indication à la sleeve gastrique) et s’assurer de l’absence d’infection à Helicobacter pilori (en présence de cette bactérie, un traitement est mis en place pour l’éliminer).
  • Une échographie abdominale pour voir s’il y a une accumulation de graisse au niveau du foie (le cas échéant, une diète cétogène – essentiellement constituée de lipides – peut être mise en place pour forcer l’organisme à puiser dans ses réserves de graisse) et/ou des calculs dans la vésicule biliaire (le cas échéant, son ablation est recommandée avant l’intervention).

L’intervention

L’opération sleeve est réalisée sous anesthésie générale par coelioscopie (le chirurgien pratique de petites incisions dans l’abdomen). Elle dure en moyenne entre 45 minutes et 1 heure. En l’absence de complications, le patient ressort de l’hôpital dans les 24 heures.

Je veux être mieux remboursé de mes frais de santé

Quels sont les avantages et les inconvénients de cette intervention ?

Pour les patients, la sleeve gastrectomie comporte de nombreux avantages :

  • Perte de poids rapide et importante (les patients perdent entre 70 et 75% d’excès de poids au total, avec un amaigrissement de l’ordre de 30 kilos la première année).
  • Amélioration significative des pathologies associés à l’obésité, notamment le diabète de type 2 (ou diabète non insulinodépendant) et l’hypertension artérielle.
  • Aucun risque de carence puisque l’intégralité du circuit intestinal est conservée (contrairement au by pass, une autre technique de chirurgie bariatrique).

Au cours du mois suivant l’opération, le patient doit, en revanche, manger exclusivement « liquide ». Il est donc contraint de mixer tous les aliments solides. C’est le principal inconvénient de la sleeve gastrique.

Cette intervention peut également entraîner des complications postopératoires. Elles sont rares, mais potentiellement graves :

  • Fuite des sutures digestives (fistules)
  • Hémorragie au niveau des sutures

Une seconde intervention est alors souvent nécessaire, soit à nouveau par coelioscopie (cas le plus fréquent), soit par laparotomie, c’est-à-dire en ouvrant le ventre.

Quelle prise en charge pour une sleeve gastrique ?

La chirurgie bariatrique est remboursée par l’Assurance Maladie pour les personnes âgées de 18 à 60 ans. Pour bénéficier d’une prise en charge, il faut bien sûr remplir les conditions énoncées ci-dessus (IMC minimum, suivi médical préalable), mais également passer par un établissement conventionné par la Sécurité Sociale.

L’intervention est alors remboursée à 70% du tarif de base de la Sécurité Sociale, fixé à 357,83€. Sachant qu’une sleeve gastrique peut coûter jusqu’à 4500€, avoir une bonne mutuelle hospitalisation est essentiel pour bénéficier d’une bonne prise en charge.

Le conseil de François !
Le conseil de François

En cas d'hospitalisation, votre mutuelle peut couvrir les dépenses non prises en charge par l’Assurance Maladie. Assurez-vous donc d'avoir une bonne couverture santé. Comment ? En comparant les différentes offres du marché avec lesfurets.