MENU
Comparateur de mutuelle santé
Indiquez votre profil et vos besoins et trouvez l’assurance complémentaire santé adaptée à vos besoins
Je compare

Enfant hyperactif : définition

L’hyperactivité de l’enfant est un terme générique qui sert à désigner un trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Il faut savoir que l’hyperactivité du bébé ou de l’enfant est un trouble neurologique qui affecte le comportement.

Elle se diagnostique grâce à l’observation du comportement de l’enfant, qui peut présenter des symptômes classés selon deux catégories : inattention ou hyperactivité/impulsivité.

Toutefois, ces comportements s’observent chez la majorité des enfants. Dans le cadre de l’hyperactivité, ces caractéristiques :

  • sont chroniques (durent très longtemps et augmentent) ;
  • sont particulièrement prononcées ;
  • se manifestent en permanence (pas seulement à l’école ou à la maison).

Dans la plupart des cas, la maladie comportementale se manifeste dès l’âge de 7 ans. Cependant, les spécialistes peuvent détecter les symptômes d’hyperactivité dès 2 ans.

Comment détecter l’hyperactivité chez un enfant ?

Le TDAH ne doit pas être confondu avec l’agitation d’un enfant. En effet, la focalisation récente sur ces troubles laisserait croire qu’ils touchent une large proportion d’enfants. En réalité, entre 3 et 5 % des enfants en âge d’être scolarisés (6 à 10 ans) sont hyperactifs. Les garçons sont les plus touchés.

Il existe de nombreux symptômes de l’hyperactivité de l’enfant liés à l’inattention. Le plus souvent, l’enfant :

  • ne prête pas attention aux détails les plus essentiels ;
  • ne reste pas attentif à un jeu ou à une tâche (scolaire, manuelle…) ;
  • paraît « ailleurs » quand on lui parle, n’écoute pas ;
  • est incapable de suivre les consignes ;
  • manque d’organisation ;
  • évite ou se sent forcé de faire tout effort mental soutenu (devoir à la maison, travail en classe…) ;
  • perd des objets de son quotidien ;
  • oublie les choses du quotidien ;
  • se laisse facilement distraire.

Au-delà de la simple agitation, des symptômes précis doivent être observés à des moments bien déterminés. En effet, l’agitation est normale, et très fréquente, entre 3 et 6 ans. C’est sa persistance à un niveau important qui peut constituer un symptôme de TDAH. Il faut en outre qu’elle pose vraiment problème et soit cause de souffrance chez l’enfant et le reste de la famille.

Avant l’âge de 7 ans, il faut essayer de repérer deux autres signes chez l’enfant :

  • l’impulsivité ;
  • l’hyperactivité.

Ces deux troubles du comportement les conduisent à agir avant de réfléchir. En effet, les enfants atteints de TDAH n’arrivent pas à se concentrer. Cela les conduit à adopter des comportements problématiques, et dans certains cas dangereux. Avant d’aller consulter, vous devez vérifier que votre enfant :

  • ne tient pas en place (remue les mains sans cesse, les pieds, ne tient pas sur une chaise…) ;
  • se lève alors qu’il doit rester assis (en classe, à table…) ;
  • court sans craindre le danger dans des situations où il ne le devrait pas ;
  • s’agite dans des activités où le calme est de rigueur (sieste, relaxation, coucher…) ;
  • présente une énergie exagérée ;
  • parle sans cesse ;
  • répond sans attendre la fin de la question ;
  • est impatient et ne veut pas attendre son tour ;
  • impose sa présence (prise de parole intempestive, irruption dans les jeux d’autres enfants…) ;
  • réagit mal au stress (contrôle mal ses gestes ou ses paroles) ;
  • n’accepte pas certaines consignes qui le frustrent et le fait savoir ;
  • présente des changements d’humeur fréquents.

Ces signes doivent de plus être observés dans au moins deux domaines d’activité distincts :

  • à la maison ;
  • dans les jeux ;
  • au cours des activités périscolaires ;
  • à l’école.

Dès lors que plusieurs symptômes sont associés et considérés comme surdimensionnés (bien plus intenses que d’ordinaire), il convient d’en parler à votre médecin généraliste. Ce n’est pas lui qui établira le diagnostic, mais il vous adressera à un spécialiste (pédopsychiatre ou neurologue).

L’un de ces spécialistes du TDAH dressera un bilan complet grâce à :

  • un entretien avec les parents ;
  • des questionnaires précis destinés à la famille et aux enseignants ;
  • un examen de l’enfant.

Ceci va permettre de poser le diagnostic, puis de déterminer si le TDAH est associé à d’autres problèmes (comme l’épilepsie ou la dyslexie) et d’écarter d’autres troubles (comme la schizophrénie ou l’autisme).

Le TDAH ne peut pas être guéri. L’essentiel du traitement consiste en un accompagnement familial qui doit permettre de comprendre l’enfant hyperactif et vous aider à vivre avec ce trouble.

Pour ce faire, des solutions concrètes sont proposées pour chaque type de symptômes, comme :

  • un suivi par un orthophoniste pour les troubles associés ;
  • l’aide d’un auxiliaire de vie scolaire à l’école

La prescription médicamenteuse n’intervient qu’en dernier recours, et ce, chez les enfants dont le comportement se révèle réellement perturbateur.

Ainsi accompagnés, les enfants hyperactifs parviennent souvent à mieux se concentrer. De plus, cela leur permet d’améliorer leur estime de soi.

Enfin, il faut savoir que dans la moitié des cas, le TDAH persiste à l’âge adulte. Dans l’autre moitié, les principaux troubles s’estompent à l’adolescence.

Le conseil d'Hervé !
Les consultations liées au TDAH sont prises en charge par l’Assurance maladie et par les mutuelles. Consultez vos garanties pour vérifier que vous êtes couvert pour toutes les dépenses et notamment pour les consultations auprès de spécialistes pratiquant des dépassements d’honoraires.
Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis mutuelle santé