MENU
Comparateur de mutuelle santé
Indiquez votre profil et vos besoins et trouvez l’assurance complémentaire santé adaptée à vos besoins
Je compare

Des méthodes très peu pratiquées

Chez les hommes, hormis le préservatif, la contraception reste assez peu répandue. Les techniques sont en effet peu nombreuses et assez peu développées. Bien que validées par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), elles restent très peu prescrites par les médecins en France.

  • La vasectomie

Elle est autorisée depuis 2001, sans critères d’âge ni de nombre d’enfants. Si vous souhaitez subir cette opération, sachez qu’un délai de réflexion de 4 mois vous sera imposé.

1% des Français y a recours, contre 15% des Britanniques et 20% des Hollandais.

  • La contraception masculine thermique

Elle consiste à réchauffer la température testiculaire de 2 à 4°C, ce qui bloque la production de spermatozoïdes. Pour cela, il suffit de porter un caleçon spécifique une quinzaine d’heures par jour. Celui-ci ne chauffe pas, mais place les testicules au niveau de la poche inguinale superficielle, ce qui suffit à obtenir la température nécessaire à l’effet contraceptif.

La contraception thermique n’est effective qu’au bout de deux à quatre mois. Elle n’entraîne ni inconfort, ni gêne et est réversible au bout de six à neuf mois d’arrêt du port du sous-vêtement.

Elle ne peut cependant pas être utilisée plus de quatre ans pour la réversibilité soit possible. En France, seul un hôpital la prescrit.

  • La contraception hormonale thermique

Deux injections sont faîtes au patient toutes les huit semaines. La première est composée de progestérone qui bloque la production de spermatozoïdes. L’autre injection contient de la testostérone, dont le taux chute lors de la première injection.

L’efficacité est la même que pour les pilules contraceptives féminines mais les effets secondaires, assez similaires que ceux observés chez les femmes, sont nombreux. Seuls deux hôpitaux prescrivent ce traitement en France.

  • Les méthodes encore en test

Pilules contraceptives, ultrasons, gel bloquant, spray… les chercheurs ne manquent pas de pistes pour développer les contraceptifs masculins de demain. Les résultats sont cependant trop aléatoires pour que ces méthodes soient lancées à grande échelle.

Quelle prise en charge pour la contraception masculine ?

Chez les hommes, seule la vasectomie est prise en charge par la Sécurité sociale. Elle est remboursée à hauteur de 80%.

Pour le reste à charge, comme pour les autres moyens de contraception cités, il faudra vous tourner vers votre complémentaire santé.

Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparez les devis
    Appelez