MENU
Comparateur de mutuelle santé
Indiquez votre profil et vos besoins et trouvez l’assurance complémentaire santé adaptée à vos besoins
Je compare

À domicile ou en service spécialisé, une question d’environnement

Si la personne dépendante décide d’être accompagnée par des professionnels durant son sevrage, il pourra lui être proposé :

  • un sevrage « résidentiel » avec séjour dans un hôpital ou dans un centre de soins spécialisés,
  • un sevrage « ambulatoire » avec traitement à domicile et consultations médicales rapprochées.

Certains centres hospitaliers proposent une solution intermédiaire : l’« hospitalisation de jour ».

Pour faire leur choix, le professionnel et la personne dépendante prennent en compte :

  • l’intensité et l’ancienneté de la consommation,
  • la vulnérabilité physique et psychologique de la personne dépendante,
  • l’environnement dans lequel évolue la personne dépendante.

Basée sur les benzodiazépines, la cure de désintoxication médicamenteuse (commune à l’addiction à la drogue et à l’alcool) vise à limiter les signes de tremblements, d’anxiété et d’insomnie et prévenir les crises d’épilepsie ou de delirium tremens provoqués par le sevrage. La prescription ne dépasse généralement pas cinq jours.

La cure de désintoxication alcoolique comporte en outre une phase de réhydratation associée à la prise de vitamines B1 et PP pour combler les carences.

La cure de désintoxication à la drogue peut inclure d’autres médicaments en fonction des signes du manque et du ressenti de la personne dépendante.

Dans les deux cas, un accompagnement individualisé et global (médico-psychosocial) et à long terme est mené avec les personnes en difficulté.

Quelle prise en charge pour une cure de désintoxication en France

La Sécurité sociale prend en charge, de manière anonyme, l’intégralité des frais de soins occasionnés par les cures de désintoxication alcool ou drogue. Il s’agit de services dispensés dans divers établissements publics comme les centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA). Entièrement financés par l’État, ces centres prennent en charge tant les dépenses médicales, allant du bilan au traitement médicamenteux, que le suivi psychologique.

Les cures de désintoxication drogue ou alcool peuvent aussi être proposées par des établissements privés. Dans ce cas de figure, le patient ne bénéficie plus de la prise en charge intégrale. Il en va de même pour certaines médecines douces, qui ne sont pas remboursées ou très partiellement par l’Assurance maladie.

Certaines mutuelles santé et assurances individuelles peuvent toutefois rembourser tout ou partie du traitement. Cette participation peut prendre la forme d’un pourcentage du montant de soins ou d’une somme forfaitaire.

Le conseil d'Hervé !
En accord avec le médecin traitant, certaines médecines alternatives peuvent se révéler efficaces. L’acupuncture ou la sophrologie donnent de bons résultats lors de la désintoxication elle-même et sont également utiles pour surmonter les difficultés lors du sevrage.
Comparer les devis mutuelle santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparez les devis
    Appelez