Comparez les complémentaires santé
Indiquez-nous vos besoins et trouvez la mutuelle santé la plus adaptée !
Comparer
Partager sur

Définition et listes des affections longue durée

Une affection longue durée est une maladie physique grave qui oblige le patient à suivre un long traitement. Il peut également s’agir d’affections psychiatriques de longue durée. Le traitement peut être permanent et/ou à vie. L’ALD est organisée en 3 listes :

  • les ALD 30 : maladies graves nécessitant un traitement prolongé très coûteux ;
  • les ALD 31 : affections hors liste nécessitant un traitement supérieur ou égal à 6 mois ;
  • les ALD 32 : affections entraînant un état pathologique invalidant.

Qu’est-ce que l’ALD non exonérante et l’ALD exonérante ?

Parmi les ALD, certaines sont exonérantes, et d’autres sont qualifiés de non exonérantes.

  • Les ALD exonérantes correspondent aux affections handicapantes voire mortelles, dont le ticket modérateur a été supprimé. Les cancers, la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson en font partie. Il en est de même pour les cirrhoses, les affections psychiatriques de longue durée, la mucoviscidose, la paraplégie, la sclérose en plaques ou la polyarthrite rhumatoïde évolutive. Lorsqu’un patient souffre de l’une des affections listées par l’Assurance maladie, il bénéficie d’une prise en charge différente des autres patients.
  • Les ALD non exonérantes concernent les affections moins graves qui requièrent un traitement moins long.

Prise en charge d’une ALD exonérante

Pour les personnes souffrant d’une affection longue durée exonérante, voici ce qu’il faut savoir :

  • La Sécurité sociale prend en charge à 100 % toutes les dépenses liées à l’ALD. Il n’y a pas d’avance de frais, tout est réglé par le système de santé.
  • À propos de l’affection longue durée avec arrêt de travail : si l’ALD est à l’origine de l’invalidation professionnelle, les indemnités journalières de l’affection longue durée ne sont pas à déclarer aux impôts. Il s’agit d’une manière de compenser les pertes engendrées par des arrêts prolongés ou les pertes de capacité liées à l’ALD.
  • Certains organismes de prévoyance assurent une prise en charge du salaire perdu par l’assuré durant son arrêt. N’hésitez pas à vous renseigner si vous êtes concerné.

Prise en charge d’une ALD non exonérante

Dans le cadre d’une affection longue durée non exonérante, le patient devra s’acquitter du ticket modérateur. Pour une couverture optimale, ces patients doivent impérativement bénéficier d’une bonne mutuelle santé dans la mesure où ils sont amenés à consulter régulièrement des médecins généralistes ou spécialistes et suivre des traitements. Dans leur cas, l’assurance maladie couvre à 65 % les frais de déplacement en rapport avec l’ALD, les indemnités journalières, les frais de transport et de séjour en cures thermales. Les 35 % restants sont à leur charge. Une bonne assurance santé pourra régler le reste à payer.

La durée maximale de prise en charge en ALD est de 3 ans. Pensez au renouvellement de l’ALD au terme de cette période.

Pour trouver une mutuelle santé de qualité à un prix raisonnable, utilisez notre comparateur en ligne. Simple et gratuit, il vous permettra de trouver en quelques minutes le contrat qui répondra à vos besoins au meilleur tarif. N’hésitez pas ensuite à souscrire en ligne, ce qui vous permettra d’obtenir une réduction de cotisation.

Mises en situation

Il existe 30 affections de longue durée parmi lesquelles on trouve des maladies malheureusement très connues qui touchent des millions de personnes.

Lorsque Martine a eu un cancer du sein il y a trois ans, elle a subi une intervention chirurgicale suivie de séances de chimiothérapie et de radiothérapie. Cela rentre parfaitement dans le cadre défini par la Sécurité sociale, à savoir un traitement prolongé et une thérapeutique particulièrement coûteuse. Depuis que la maladie s’est déclarée, Martine est en ALD et ce pour encore deux ans. Ensuite, il sera déterminé, selon son état, si elle reste ou non en ALD. Si son cancer est totalement guéri, alors sa situation pourra changer.

Albert, lui, souffre de diabète. Sa situation est différente dans la mesure où le diabète ne se soigne pas comme un cancer. C’est une ALD prise en charge à vie, de la même manière que la maladie de Parkinson ou encore certaines affections psychiatriques de longue durée. Tous les traitements concernant sa maladie sont pris en charge à 100% par la Sécurité sociale, Albert n’a pas à s’inquiéter des divers remboursements. Dans ce type de cas, la mutuelle santé n’a donc pas à intervenir pour rembourser un complément.

Thomas, quant à lui, est épileptique depuis qu’il est enfant. Ses crises sont graves et prises en charge au titre des affections de longue durée. Là encore, sa mutuelle n’a pas besoin d’intervenir dès lors que les traitements concernent son ALD, tout est pris en charge par la Sécurité sociale.

Le conseil de François !
Il faut savoir que la loi de santé a établi des règles d’admission au régime d’ALD. Ces règles sont définies par le décret n° 2016-1362 du 12 octobre 2016.
Comparer les devis mutuelle santé
Partager sur
Comparer les devis mutuelle santé