MENU

AMO, l’assurance obligatoire

AMO est l’acronyme d’Assurance Maladie Obligatoire. La loi précise que toute personne qui réside et travaille en France doit obligatoirement s’affilier au régime dont elle relève. Pour les personnes sans emploi ou disposant de ressources insuffisantes, plusieurs dispositions sociales leur assurent une couverture santé. Côté complémentaire santé, la loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l’emploi prévoit d’étendre cette garantie à tous les salariés du secteur privé au plus tard le 1er janvier 2016.

Cette complémentaire santé prendra la forme d’un contrat collectif comprenant un panier minimal de soins ANI (Accord National Interprofessionnel). Doit être pris en compte l’intégralité du ticket modérateur pour les actes remboursés par la Sécurité sociale, le forfait journalier hospitalier, les dépenses de soins dentaires majorés de 25 % par rapport aux tarifs de responsabilité et les dépenses de frais d’optique de manière limitée. Comme pour l’AMO, la complémentaire couvrira les ayants droit de l’assuré principal.

Affiliation obligatoire et CMU

Marine travaille dans une petite entreprise, et faute de moyens financiers elle n’a pas souscrit à une complémentaire santé. Contrairement aux moyennes et grandes entreprises qui permettent la souscription d’un contrat collectif d’assurance santé, la jeune femme doit se contenter de l’affiliation obligatoire à la caisse d’Assurance Maladie. D’ici quelques mois et grâce à la nouvelle loi, elle devrait se voir proposer un contrat collectif couvrant le remboursement du ticket modérateur et celui de certains soins.

Après avoir épuisé ses droits au chômage, Thomas s’est retrouvé sans couverture sociale. Il a par conséquent demandé à bénéficier de la Couverture Maladie Universelle (CMU) ainsi que de la complémentaire associée. Grâce à cette couverture sociale, il bénéficie du tiers payant, ce qui lui évite d’avancer les frais, ce qu’il aurait bien du mal à assumer.

Agathe est étudiante et cotise à la sécurité sociale étudiante pour un montant adapté aux moyens d’un étudiant. Ses deux premières années d’études, elle était assurée gratuitement du fait qu’elle avait moins de 20 ans et que son père est salarié. Ses moyens ne lui permettant pas de souscrire une assurance santé complémentaire à titre privé, le montant du ticket modérateur et certains soins sont pris en charge par la CMU, ce qui lui évite d’avoir à faire l’avance des frais.

Comparer les devis mutuelle santé
Comparer les mutuelles santé