MENU
Comparateur de prêt immobilier
Comparez les offres de prêt pour réaliser votre acquisition
Faites une demande en ligne
Partager sur

Le monde de l’immobilier s’adapte (encore) la crise sanitaire liée au Coronavirus (Covid-19). Si nous avons vu récemment qu’il est désormais possible de signer des actes de vente immobilière en visioconférence avec son notaire, la question des diagnostics immobilier à réaliser concernant ces ventes se posait toujours.

Des diagnostics effectués sur des déplacements courts

Impossibles à réaliser avec le confinement, ceux-ci constituent pourtant des documents obligatoires indispensables lors d’une transaction. Pour relancer un secteur à l’arrêt depuis la crise du confinement, voici qu’un protocole autorise de les effectuer tout en luttant contre la propagation du virus.

Mis en place par les experts de la filière du diagnostic immobilier (gaz, électricité, plomb, amiante et performances énergétiques, mais aussi termites et loi Carrez) sous forme de guide, il a été publié ce mardi 14 avril. Celui-ci liste les mesures sanitaires qu’il faudra respecter pour procéder à ce type de diagnostic.

Selon certaines entreprises spécialisées, la reprise d’activité s’effectuera donc sur des déplacements courts, effectués sur une journée, par un technicien seulement par véhicule, à qui on demandera de préparer son déjeuner à l’avance.

Plusieurs niveaux de risque en fonction du bien immobilier

Certaines entreprises spécialisées comme Ex’im ont également pris des précautions adaptées en fonction de chaque niveau de risque. Suivant cette hiérarchisation, ce même technicien pourra avoir à charge de décontaminer boutons et autres poignées de portes, à gérer les déchets spécifiques au Covid-19 ainsi que le devoir de porter gants et visière et de se laver les mains régulièrement.

  • Le risque très faible concerne les habitations vides (pas d’occupants 48h avant et après l’opération), et situées en milieu extérieur
  • Le risque faible désigne les logements vides (pas d’occupants 48h avant et après l’opération), mais avec des possibles passages dans les parties communes
  • Le risque moyen s’applique aux habitations vides, mais sans la règle des 48h, ou dans laquelle peut passer une tierce personne (ascensoriste par exemple)
  • Le risque élevé impute les logements dans lesquels les occupants sont présents. Jugés trop risqués, ces diagnostics ont été reportés.
Faire une demande en ligne
Partager sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Faire une demande en ligne