MENU

C’est une distraction comme une autre. Dans les vitrines des agences ou sur internet, seul un Français sur trois (36%) scrute les annonces à la recherche d’un bien ou d’une location. La majorité de ces Français curieux (64%) n’a pas l’intention d’acheter01, révèle un sondage réalisé par YouGov pour le réseau Guy Hoquet.

S’informer sur les prix

Un sondé sur quatre s’adonne à la pratique au moins une fois par mois. 13% le font au moins une fois par semaine, contre 7% plusieurs fois par semaine. « Qu’ils soient propriétaires ou locataires, acheteurs ou pas, tous les Français sont consommateurs d’immobilier. Ils regardent les annonces de biens affichés en vitrine des agences comme ils scrutent les vitrines des magasins », explique Fabrice Abraham, directeur général du réseau Guy Hocquet.

D’autres raisons expliquent ce comportement, note Le Figaro. Les Français tiennent à rester informés des prix du marché. Près de six sondés sur dix (59%) évoquent ce besoin. Cette tendance s’avère encore plus prononcée chez les personnes âgées de 55 ans et plus (66%). Un sondé sur trois (34%) reconnaît agir ainsi par curiosité. Cette motivation concerne notamment les jeunes de 18 à 34 ans (38%) et les femmes (29% contre 20% pour les hommes).

Curiosité et évasion

Cette distraction ne coûte rien, elle donne l’occasion de rêver un peu. « Regarder les annonces de biens affichés en vitrine des agences permet de s’évader de son quotidien, de s’en extraire un instant. L’émergence des annonces en ligne, consultables à tout instant, n’a fait qu’amplifier ce phénomène », explique Fabrice Abraham. Une habitude sans doute aussi alimentée par le succès des émissions télévisées consacrées à l’immobilier.

Ce lèche-vitrines d’un autre genre sert aussi de source d’inspiration. Près d’un sondé sur quatre (24%) déclare puiser dans cette activité des idées de décoration à appliquer chez soi. Cette confession rappelle l’importance d’une bonne photo pour une annonce immobilière. « À défaut d‘en consommer, les Français aiment s’informer sur l’immobilier. Le pouvoir d’attraction de l’immobilier ne se dément pas », conclut Fabrice Abraham.

Faire une demande en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Faire une demande en ligne