MENU

Heureux comme un Britannique en France ? Dans la catégorie des étrangers non-résidents en France, les sujets de Sa Majesté représentent un acheteur sur quatre. Les Britanniques arrivent devant les Belges (18%) et les Suisses (8,1%), d’après le dernier Observatoire BNP Paribas International Buyers rapporte Les Echos.

252 000 euros en moyenne

L’étude publiée le 20 juin dernier a été réalisée en partenariat avec les Notaires de France. Elle montre les Britanniques loin devant les Allemands (7%), les Italiens et les Néerlandais (5,5%) en termes de nombres de transactions. Les Américains (3%), les Suédois (2,7%), les Espagnols (2%) et les Portugais (1,8%) complètent le top 10. En revanche, les citoyens du Royaume-Uni n’occupent pas la première place du classement des acheteurs les plus dépensiers.

Ce titre revient aux Libanais, qui déboursent en moyenne 726 476 euros par opération immobilière dans l’hexagone. Ils sont suivis par les Norvégiens (546 609 euros) au coude à coude avec les Chinois (523 229 euros). Les Russes (502 267 euros) et les Américains (452 399 euros) ferment le top 5. De leur côté, les Britanniques dépensent en moyenne 252 219 euros pour acheter un logement en France. Cette somme les place à la quinzième place du palmarès.

Plébiscite pour l’Aquitaine

Les étrangers non-résidents rêvent de s’installer dans le Sud de la France. La région Provence-Alpes-Cote d’Azur concentre 21% de leurs transactions. Les Italiens (16%), les Belges (15%) et les Britanniques (11%) y sont les plus présents. Les étrangers non-résidents se tournent aussi vers la région Rhône-Alpes (14%) et le Languedoc-Roussillon (10%). En ce qui concerne les Britanniques, ils représentent 48% des achats de non-résidents en Aquitaine.

Ce territoire connaît d’ailleurs la deuxième plus forte croissance (+26%) en termes de transactions immobilières avec des étrangers non-résidents, juste derrière le Limousin (+47%). Dans le détail, les étrangers non-résidents ont réalisé 17 486 transactions l’année dernière. Si le nombre d’opérations a augmenté (+2%), en revanche le montant moyen des achats a baissé (-1,6%) pour atteindre 303 000 euros en moyenne. Dans ce panorama, les Britanniques font figure d’investisseurs modérés.

Faire une demande en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Faire une demande en ligne