MENU

Lyon (Rhône) devient la ville de province où les prix immobiliers ont le plus grimpé ces 12 derniers mois. Elle détrône ainsi Bordeaux (Gironde) dont les prix ont baissé pendant 2 mois consécutifs. Pour aider les acheteurs à y voir plus clair, MeilleursAgents a publié ce mercredi 2 mai son baromètre mensuel d’analyse du marché immobilier.

3 989 euros du mètre carré à Lyon

Dans la capitale des Gaules, les prix ont augmenté de +8,8% en l’espace d’un an. Cette hausse inclut une augmentation de +0,9% pour le seul mois d’avril dernier, rapporte Lyon Capitale. C’est plus que Bordeaux (+8,3%) et Rennes (Ille-et-Vilaine) où les prix de l’immobilier ancien ont augmenté de +4,9% en un an. Ces deux villes de province doivent cette position à leur nouvelle attractivité, portée par l’arrivée de la ligne à grande vitesse (LGV).

Le prix moyen du mètre carré à Lyon atteint 3 989 euros, pour un loyer moyen de 12,2 euros au mètre carré. « Depuis l’année dernière, la hausse est continue du fait de la demande très importante mais aussi des professionnels qui surestiment les biens pour remporter le mandat », explique Alexia Gelas d’Angelo, directrice de l’agence Neyret Immobilier Lyon 7. « Le VIIe arrondissement de Lyon est très apprécié », ajoute la responsable.

Rennes attire Bretons et Parisiens

En termes de variation des prix dans l’ancien depuis janvier dernier, c’est Paris qui monte sur le podium (+2,3%), ex æquo avec Montpellier (Hérault). Lyon se classe à la troisième place (+2,1%) à égalité avec Rennes. Depuis l’ouverture de la LGV, la capitale Bretonne est prise d’assaut par « des Parisiens ou des Bretons partis il y a quelques années », explique François Eveillard, responsable réseau LFI (La Française Immobilière, Groupe Pigeault).

Pour ce professionnel, « les politiques de la ville engagées il y a quelques années portent leurs fruits ». L’arrivée de ces nouveaux clients avec un pouvoir d’achat plus élevé que la clientèle locale provoque l’inflation des prix. « Place de la République, un 42 mètres carrés s’est vendu 240 000 euros, à près de 6000 euros du mètre carré », souligne François Eveillard. Ce phénomène d’attraction liée à la LGV semble limité dans le temps. Il s’est estompé déjà à Bordeaux (-0,1% depuis le début de l’année).

Faire une demande en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Faire une demande en ligne