MENU

Les responsables des finances publiques peuvent dire merci aux foyers qui ont acheté un nouveau logement en 2017. En un an, l’immobilier a en effet permis à l’Etat et aux collectivités locales de dégager un excédent fiscal de 32,5 milliards d’euros, contre 28,4 milliards l’année précédente. Un phénomène dû à l’augmentation de l’activité dans le neuf comme dans l’ancien, apprend-on dans l’édition 2017 des « Comptes du logement » rendue publique en juillet dernier par le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Les « frais de notaire » s’envolent

Le document indique qu’entre 2016 et 2017, les dépenses des acteurs économiques du secteur du logement ont connu une hausse de 3,7%. « Les sommes records que ces opérations ont rapportées représentent l’équivalent d’environ 1,5 point de produit intérieur brut (PIB) », précise par ailleurs Le Parisien.

A eux seuls, les frais de notaires ont atteint 13,1 milliards d’euros l’an dernier après avoir connu une augmentation de 17,6% en 12 mois. Ils ont profité de l’essor du marché de l’ancien, lui-même porté par les taux d’intérêt attractifs qui ont facilité les emprunts. Or, 80% de ces sommes reviennent en fait aux collectivités et à l’Etat.

Le secteur du BTP se porte bien

Mais la bonne santé du secteur de la construction a également généré d’importantes recettes. La TVA appliquée au prix des habitations neuves a ainsi généré 6,5 milliards d’euros.

Reste qu’un tel contexte pourrait bien ne pas perdurer très longtemps, notamment face à la hausse à venir des prix des logements. « Aussi favorable que cette situation puisse paraître, certains signes de tension font leur apparition », estime-t-on au ministère.

Faire une demande en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Faire une demande en ligne